PARTAGER

Souleymane Faye vient de sortir un nouveau single dédié à l’amitié et à la bravoure. Dans cet entretien, le «Bob Dylan sénégalais» explique les contours de son projet de numérisation de ses œuvres et la célébration de ses cinquante ans de carrière.

Vous avez sorti un nouveau single, un hymne à l’amitié et à la bravoure. Pourquoi avez-vous porté votre choix sur la personne de Madiambal Diagne ?
Pour moi, l’amitié est très importante, il m’est difficile d’avancer sans cette relation forte. Je fonctionne souvent à l’affect. C’est la première fois que je chante quelqu’un et pour moi, c’était normal de choisir Madiambal Diagne. Il m’a très souvent soutenu dans certains moments de ma vie. Je n’ai pas l’occasion de le voir souvent, mais notre amitié et respect l’un envers l’autre est constant et fort. C’est un homme que je respecte énormément pour ce qu’il a entrepris. Il est un exemple et nous avons bien besoin d’exemples à suivre dans notre cher pays. Un homme engagé ! Nous, les artistes musiciens, avons besoin d’être accompagnés. La vie d’artiste est faite de hauts et de bas et ce choix de vie n’est pas toujours le plus simple, mais nous l’assumons. Nous avons tendance à oublier ou à négliger la place de la musique et de l’art dans la société alors qu’elle nous accompagne presque tout le temps (cérémonie, fête populaire, au travail…). Cela nous permet de nous retrouver sans distinction de classe ou autre. Nous sommes tous égaux face à la musique. C’est ce qui fait la beauté de cet art.
Vous faites partie des ténors de la musique sénégalaise et avez un riche parcours. Quels sont vos projets actuels et futurs ?
Nous avons beaucoup de projets pour cette année. Nous avons monté une nouvelle équipe autour de moi. Nous voulons célébrer mes 50 ans de carrière à la fin de l’année au Grand Théâtre. Nous voulons aussi commencer à numériser une grande partie de mes œuvres afin de faire des «Cd best of» (un «Cd best of slows» composé de 23 titres, un afro de 24 titres et un mbalax de 25 titres) qui seront très prochainement disponibles. Je travaille actuellement sur mon nouvel album et j’ai aussi plusieurs dates à l’étranger, au Canada, en France etc. Et j’ai pour projet dans un second temps de mettre en place un label afin de produire, encadrer et surtout soutenir les nouveaux artistes. J’en profite pour lancer un appel aux sponsors, partenaires, pour me soutenir.
Quels conseils donneriez-vous à la nouvelle génération ?
Je leur conseillerais de croire en eux, de se donner les moyens de réussir. Le contexte n’est pas forcément facile, mais la volonté, l’énergie que l’on met dans son projet permettent de se dépasser et d’y arriver. Restez optimiste et battez-vous !
En tant que porteur de voix, quelle lecture faites-vous de l’actualité, notamment le débat sur le pétrole au Sénégal ?
Il m’est difficile d’avoir un avis sur cette question. Attendons d’avoir plus d’éléments pour pouvoir se prononcer ! Cependant, nous savons tous ce que le pétrole a généré dans certains pays voisins. Il est clair que cela pourrait générer de l’argent et être source de développement, mais à quel prix ? Les enjeux géopolitiques ou économiques liés au pétrole sont bien souvent sources de nombreux conflits. Ce que je déplore.

 Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here