PARTAGER

Venu présider la 25e édition de la Journée internationale de l’écrivain africain, mardi dernier, à la Maison des écrivains du Sénégal, Keur Birago, le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a annoncé la réalisation d’importants projets concernant la mise en place d’un centre d’études et de connaissances sur la traite négrière et l’esclavage, l’ouverture d’une bibliothèques nationale et d’autres régionales, la construction de complexes régionaux pour remplacer les centres culturels régionaux…

Après avoir fait le tour des directions et services de son département, le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a tracé les traits saillants de sa politique au niveau de ce ministère. C’était mardi dernier lors de la célébration de la 25e édition de la Journée internationale de l’écrivain africain, à Keur Birago. Devant les membres de l’Association des écrivains et un parterre d’invités constitués par le ministre des Arts et de la culture camerounais, Narcisse Kombi Mouelle, dont le pays était invité d’honneur, le Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop, le parrain de la journée Abdoulaye Elimane Kane, Abdou Latif Coulibaly a sollicité quelques minutes d’attention pour expliquer les politiques initiées depuis deux ans et qu’il a la responsabilité et l’honneur de conduire à la suite de sa nomination en tant que ministre de la Culture depuis septembre dernier. «Grâce à la coopération internationale en particulier américaine, nous avons réussi à faire valoir un projet qui va faire de Gorée cette maison de conscience, un véritable vecteur de la propagation et de la transmission de la culture et un centre d’études et de connaissances sur la traite négrière et sur l’esclavage», informe-t-il. Avant de poursuivre : «Ce centre d’études nous permettra de connaître davantage l’immense patrimoine subaquatique qui dort dans les côtes sénégalaises et au-delà de nos côtes jusqu’en Amérique. 12 scientifiques les plus éminents sur le continent américain constitueront le groupe scientifique de Gorée Institute, déjà 2 millions de dollars seront investis pour ériger ce site scientifique de recherche et de connaissance.»

Bibliothèques et complexes culturels régionaux
Outre ce centre, le ministre de la Culture a également mentionné dans son discours, l’érection d’une bibliothèque nationale avec des déclinaisons régionales. «Chacune des 14 régions de notre pays, comptera une bibliothèque régionale. De grands complexes régionaux seront également construits dans les trois ans à venir», annonce-t-il. Ces complexes régionaux, qui abriteront des cinémathèques, des musées régionaux vont surtout être, d’après le ministre, des centres d’actions et de rayonnement culturels et remplaceront les centres culturels régionaux, «qui ne traduisent absolument pas, ni du point de vue de la nomination, ni du point de vue de leur contenu, de leur action, ce que doit être l’action de l’Etat dans la gestion institutionnelle de la culture».

Mémorial de Gorée
Concernant le Mémorial de Gorée, Abdou Latif Coulibaly renseigne que le président de la République a inscrit dans le Ptip (Programme triennal d’investissements prioritaires), 30 milliards de francs Cfa pour la réalisation de ce site et que 5 milliards de francs Cfa ont été déjà inscrits dans le budget actuel. «Nous avons pris contact avec de nombreuses familles noires américaines, afro-américaines, aux Caraïbes, Antilles et en Amérique du Nord, qui veulent contribuer à la mise en place de ce site de conscience, un site historique qui nous rappelle notre situation de noir dans les temps coloniaux…», a-t-il fait savoir. Rappelant dans la foulée que la somme de 1,4 milliard de francs Cfa a été consacrée, dans le budget en cours, à la prise en charge de la protection du droit des artistes, des écrivains. Au total 4 milliards à la prise en charge de questions qui déterminent l’avenir des acteurs culturels, des producteurs de la pensée.
Toujours dans la perspective de la promotion des arts et des lettres, M. Coulibaly a invité les artistes à prendre part, ce 19 décembre, à la fête des arts et lettres au cours de laquelle 5 des Sénégalais les plus méritants vont recevoir les prix du chef de l’Etat. A deux semaines de l’ouverture de la Foire internationale du livre et du matériel didactique de Dakar (Fildak), le ministre a convié les écrivains à y participer massivement, les félicitant de l’organisation de cette Journée internationale de l’écrivain africain axée sur le thème de la littérature, ciment de l’unité africaine.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here