PARTAGER

Oxfam revient à la charge, mais pour apaiser les esprits. Accusée de faire la promotion de l’homosexualité au Sénégal, l’Ong britannique balaye ces allégations. Les membres nationaux de l’équipe d’Oxfam au Sénégal, qui disent apporter leur soutien à leur collègue Elimane Kane, rassurent les Sénégalais sur les missions de l’organisation.

Connue pour son engagement dans les questions de bonne gouvernance et de lutte contre la pauvreté, Oxfam est dans des eaux troubles depuis quelques jours. L’éclatement de l’affaire Elimane Kane a mis la lumière sur le côté «sombre» de l’Ong britannique, accusée de faire la promotion des couches minoritaires, notamment la communauté Lgbt (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Depuis l’éclatement de cette affaire, les réactions se sont multipliées et sont devenues virales sur les réseaux sociaux.
Aujourd’hui, l’organisme se défend à coups de communiqués de presse pour lever les équivoques face à la montée des critiques dont certains demandent le retrait de l’agreement d’Ox­fam, mais aussi le rapatriement de son personnel du Sénégal. Face à ces accusations, Oxfam a pondu un premier communiqué. Ensuite hier, un deuxième pour donner sa version des faits. «Nous, personnel national d’Oxfam au Sénégal, informons l’Etat du Sénégal, les partenaires de tous les programmes et le Peuple Sénégalais dans son entièreté, que nous n’avons jamais travaillé et ne travaillerons jamais à la promotion de l’homosexualité. Nous rassurons l’opinion publique sur le fait que nous sommes les premiers remparts pour la protection des valeurs communes, des cultures, de nos identités, de nos valeurs et croyances religieuses. Aussi, nous respectons fièrement les dispositions légales de notre pays en la matière», déclarent les travailleurs à travers une note.
Ras­su­rant leurs compatriotes, le personnel national d’Oxfam au Sénégal soutient qu’il «n’a jamais accepté et n’acceptera jamais qu’on lui impose des valeurs et croyances qui ne sont pas nôtres». Ces Sénégalais, travaillant pour le compte de l’Ong, estiment, contrairement à la situation qui a été présentée dans la presse et sur les réseaux sociaux faisant d’Oxfam une organisation qui fait la promotion de l’homosexualité au Sénégal, que tel n’est pas le cas. Ils soutiennent que «ces confusions et amalgames volontairement entretenus allant jusqu’à exposer la dignité et l’honorabilité du staff d’Oxfam au Sénégal entachent notre crédibilité et jette l’opprobre sur des preux citoyens sénégalais engagés pour ce pays et les communautés». Et de renchérir : «Malgré la confusion entretenue, nous tenons à préciser également que le syndicat des employés d’Oxfam au Sénégal et l’Amicale des employés d’Oxfam au Sénégal continuent de soutenir notre collègue Elimane Haby Kane contre les griefs qui lui sont reprochés (conflit d’intérêts, refus d’obtempérer etc.).» Une situation qui a valu au concerné une mise à pied et une demande d’autorisation de licenciement à l’Inspection du travail. Par rapport au courrier interne en question, le communiqué a rappelé qu’il a été adressé par un groupe d’employés d’Oxfam à leurs collègues à travers le monde. D’après eux, à l’image de M. Elimane Haby Kane, de nombreux collègues, encore en service au sein d’Oxfam, ont exprimé leur «point de vue pour marquer vigoureusement leur total désaccord».
Par ailleurs, les membres nationaux de l’équipe d’Oxfam au Sénégal ont fait savoir que le staff travaille «uniquement» sur quatre axes, à savoir la gouvernance et le contrôle citoyen, les moyens de subsistance durables et la sécurité alimentaire, l’eau, l’hygiène et l’assainissement de qualité, l’humanité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here