PARTAGER
Daniel Gomes, président de l’Ams.

Reçus en audience par le ministre de la Culture et de la communication, les membres de l’Association des métiers de la musique du Sénégal (Ams) ont saisi l’opportunité pour présenter à la tutelle, leur façon de voir les choses si toutefois «un fonds conséquent est attribué à la culture» dans le cadre du Force Covid-19.

Avec l’interdiction de tout rassemblement et la fermeture de tous les lieux de loisirs, le secteur culturel est sans doute parmi les secteurs qui subissent le plus l’impact de cette pandémie. Pour étayer ses revendications, l’Association des métiers de la musique (Ams) a lancé un formulaire sur le net afin de recueillir des données sur les préjudices subis par les artistes. Les premiers résultats montrent que 58% des personnes sondées, ne sont pas membres de la Société de gestion des droits d’auteur et droits voisins (Sodav). Ces résultats mettent ainsi en lumière le fait que cette catégorie d’artistes ne peut espérer recevoir de revenus de la part de la Sodav. En outre, l’Ams révèle également que «53.3% d’acteurs culturels travaillent sans contrat, donc sans aucun filet de protection sociale». Une situation que l’association a pu exposer au ministre de la Culture et de la communication au cours d’une audience entre les deux parties. Au sortir de cette rencontre, malgré l’incertitude qui pèse quant à l’allocation de ressources du Force Covid-19 au secteur culturel, les acteurs ont tout de même tenu à partager leur vision des choses. Ainsi, l’Ams propose, «si un fonds conséquent est attribué à la culture», une répartition de l’aide octroyée, sous la supervision d’un comité de veille composé de représentants du secteur tant au niveau des organisations professionnelles qu’au niveau institutionnel. L’association dirigée par Daniel Gomes estime que ces fonds devraient être répartis en trois séquences, une caisse de solidarité pour tous les acteurs culturels, une caisse d’appui aux entreprises culturelles dont la Sodav et une caisse de relance post Covid-19 des activités et projets culturels en suspens. Espérant être entendue par les plus hautes autorités de ce pays, l’Ams se désole en outre qu’aucune organisation professionnelle ne soit représentée au sein  du comité chargé du suivi de la mise en œuvre des opérations du Force Covid-19.
Au cours de son face-à-face avec le ministre Abdoulaye Diop, l’Ams rapporte certaines des précisions faites par le ministre quant à la situation actuelle. «Un comité de suivi de la gestion du Force Covid-19 vient d’être mis en place par décret et il n’y a encore aucun fonds alloué à la culture», a informé le ministre qui précise également que «les aides accordées ces derniers jours relèvent du fonds social qui a toujours existé et qui n’a jamais cessé de fonctionner». En outre, la tutelle a précisé que «les cultures urbaines n’ont encore bénéficié d’aucun fonds supplémentaire que celui qui leur a été octroyé dans le cadre de l’exercice 2020 et validé en 2019».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here