PARTAGER

Le thème de la 57ème célébration de l’indépendance est taillé sur mesure pour le département de Rufisque, d’après les autorités du département qui se sont prononcées juste à la fin du  défilé tenu sur le mythique Boulevard Maurice Guèye. «Le thème de cette année : Rôle des forces armées dans la défense de l’environnement est bien adapté au département de Rufisque», en effet a souligné le préfet du département, Baye Oumy Guèye, insistant sur l’intérêt que porte l’Etat pour juguler les «problèmes d’érosion côtière qui agressent le département de Rufisque dans son ensemble». «Le chef de l’Etat avait pris cette question à sa juste valeur en effectuant même un déplacement à Bargny lors du Conseil ministériel décentralisé», fait savoir en ce sens l’autorité déconcentrée du département. Toujours selon le préfet, la Journée mondiale de l’environnement célébrée à Rufisque est aussi un autre signe de l’attention particulière de l’Etat sur la situation du département du point de vue environnemental. Des actions militaires dans le concept d’Armée-Nation, le préfet a salué  «le travail qui est en train d’être fait au niveau de la bande des filaos par le bataillon du génie du camp Moussa Dioum de Bar­gny».  L’édile de la ville a alerté sur la question de l’avancée de la mer qui risque d’engloutir des pans entiers de la ville. « Si nous n’y prenons garde, d’ici 20 ans, le boulevard Maurice Guèye où nous sommes sera envahi par la mer qui va y installer son lit», a en fait prévenu Daouda Niang appelant l’Etat  à «appliquer des politiques pour arrêter l’avancée de la mer». Dans ce sillage, M. Niang a préconisé pour Rufisque, «le reprofilage des canaux  à ciel ouvert pour en faire des voies  navigables». Le défilé s’est déroulé sous l’œil d’un nombreux public qui s’est réjoui de la prestation des militaires, des mouvements scouts et des civils. Ces derniers, composés des écoles et instituts ainsi que des pêcheurs et artistes entre autres, ont donné un cachet culturel au défilé de Rufisque. Quelques rectificatifs devront cependant être opérés pour maintenir l’événement national  dans son essence véritable. Au nombre de ceux-ci : le récital du Coran, pour la seconde année consécutive, par l’Institut islamique. Un empiètement du religieux sur le laïc qui est le moteur de l’unité nationale.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here