PARTAGER

L’Etat du Sénégal a besoin de 15 milliards de francs Cfa pour définitivement résoudre le problème de la brèche de Saint-Louis où il est attendu le retour de plus de 500 pêcheurs sénégalais qui évoluaient jusque-là en Mauritanie.

L’Etat a besoin de 15 milliards de francs Cfa pour définitivement protéger la brèche de Saint-Louis. L’annonce a été faite hier par le ministre de la Pêche et de l’économie maritime. «Ces 15 milliards vont être mobilisés dans un délai relativement court pour faire en sorte qu’une solution définitive puisse être trouvée au niveau de cette brèche de Saint-Louis», a indiqué Oumar Guèye hier, à l’issue du Conseil interministériel sur le retour des pêcheurs sénégalais qui étaient en Mauritanie. En attendant de mobiliser cette importante somme, d’autres mesures immédiates ont été retenues. Il s’agit du positionnement de vedettes de patrouil­leurs au niveau de la brèche pour réguler les entrées et sorties en fonction du mauvais temps et des prévisions de la météo. «Des études techniques ont été faites et des solutions sont trouvées. Elles nécessitent la mobilisation de 15 milliards», précise le ministre de la Pêche. Depuis son ouverture, la brèche a fait plus de 300 morts. Cette mesure vise, aux yeux du maire de la ville de Saint-Louis, Mansour Faye, «une solution durable qui va rassurer les populations de Guet-Ndar, de la Langue de Barbarie et toute la famille des pêcheurs».

L’Etat va appuyer le retour de plus de 500 pêcheurs
Sur le cas des pêcheurs sénégalais qui évoluaient en Mauritanie, le gouvernement a décidé d’appuyer le retour de plus de 500 familles de pê­cheurs. Pour ce faire, il va mobiliser dans les plus brefs délais des moyens assez «importants» pour les assister en termes d’acquisition de pirogues, d’intégration au niveau des familles. Il appartient à la mairie de Saint-Louis de voir dans quelle mesure il sera possible de leur trouver des espaces pour décongestionner Guet-Ndar, le populeux quartier des pêcheurs.
Ce soutien vient s’ajouter aux 75 millions de francs Cfa que le président de la République avait mis à leur disposition, alors qu’ils étaient encore en Mauri­tanie. «Cette fois-ci, il s’agit de leur donner un montant important pour leur permettre de reconstituer leurs outils de production. Lequel montant va être défini dans les prochains jours afin de leur permettre d’exercer leur  profession», explique Ou­mar Guèye.
Selon l’édile de Saint-Louis, cette mesure du gouvernement va impacter plus de 10 mille familles. «Rien qu’au niveau de la Langue de Barbarie, on peut dire que ces mesures vont im­pacter plus de 15 mille familles en termes d’accompagnement pour ces braves pêcheurs qui étaient en Mauritanie et qui sont revenus les mains vides. Ils vont pouvoir reprendre en main leurs activités et contribuer au développement et à la croissance du Pib du pays»,  a dit Mansour Faye.
Pour leur logement, compte tenu de la forte densité humaine à Guet-Ndar, «plus de 15 mille habitants/km», des espaces sont trouvés au niveau de Lompoul et des communes environnantes comme Gandong, Gandiol en plus de ceux qui vont résider à Saint-Louis. «Le comité mis en place pour accompagner les pêcheurs en termes d’aide sociale va être renforcé pour faciliter l’attribution des parcelles aux demandeurs», informe Mansour Faye.
Quant à l’ambassadeur du Sénégal en Mauritanie, il s’est félicité du dénouement de la situation sans incident et le retour de plus de 10 personnes au Sénégal. «Les ressortissants séné­galais en Mauritanie étaient dans le désarroi quand les Mauritaniens ont décidé d’in­terdire toute activité de pêche aux personnes et embarcations étrangères. Nous avons pu, dans la réflexion et dans l’action, mener des actions qui ont permis le retour des Séné­galais sans incident majeur», se félicite-t-il.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here