PARTAGER

Serigne Mbaye Thiam n’a jamais caché ses ambitions de diriger le Parti socialiste. Mais depuis le décès de Ousmane Tanor Dieng, le secrétaire national aux Elections peaufine sa stratégie et réunit ses soutiens qui «fondent beaucoup d’espoir» sur lui. Un duel avec l’actuel secrétaire général par intérim, Aminata Mbengue Ndiaye, qui devient officiel. Le Ps se dirige vers une énième scission face à la guerre des seconds couteaux.

Au Parti socialiste, les hommes passent, les dualités demeurent. De Lamine Guèye-Senghor, Mamadou Dia-Senghor, Tanor-Djibo Kâ, Tanor-Aïssata Tall Sall, Tanor-Khalifa, l’ancien parti unique a forgé son histoire sur des conflits internes. D’abord latente, la confrontation Ami­nata Mbengue Ndiaye-Serigne Mbaye Thiam risque de déboucher sur un conflit ouvert. Deux responsables longtemps en phase quand il s’est agi de combattre les anti-Tanor. Khalifa Sall et Aïssata Tall Sall sont des cas illustratifs. Aujourd’hui, les divergences entre les deux responsables ne peuvent plus être étouffées. Chacun des deux camps veut dicter son point de vue au sein du parti. Un jeu d’échecs au cours duquel chaque responsable place ses pions. Serigne Mbaye Thiam a allumé la première mèche vendredi sur le plateau de la 7Tv. «Alors que je ne les ai pas sollicités, il y a beaucoup de responsables du parti, au Sénégal comme à l’étranger, qui viennent de leur plein gré me voir et disent fonder beaucoup d’espoir sur moi (…). L’intérim doit avoir une fin. Par définition, l’intérim ne doit pas être du long terme. Tout le monde est d’accord là-dessus. Je suis bien placé pour le dire parce que je suis le premier à sortir pour dire qui devait être le Secrétaire général après le décès de Ousma­ne Tanor Dieng», a déclaré le secrétaire national aux Elections du Ps, par ailleurs ministre de l’Eau et de l’assainissement.

Du duo au duel
Pendant longtemps, ce duel, jadis duo influent aux côtés de Tanor, a été entretenu par des seconds couteaux. Mamadou Mbodj Diouf, proche de Serigne Mbaye Thiam, a très tôt critiqué Aminata Mbengue Ndiaye lors des premiers mois de cette dernière en tant que patronne du parti. «Le secrétaire général par intérim Aminata Mbengue Ndiaye a fait ses preuves en tant que présidente du Mouvement national des femmes socialistes pendant presque 3 décennies. Sa loyauté et sa fidélité vis-à-vis de notre regretté secrétaire général Ousmane Tanor Dieng n’ont jamais vacillé, ni souffert de doute. Toutefois, en sa qualité de Sg par intérim, on a besoin de la sentir plus accessible et ouverte aux militants. La qualité première d’un Sg du Ps est avant tout de savoir ouvrir sa porte et de porter une oreille attentive aux militants», a déclaré le 10 janvier 2020 à EnQuête Mbodj Diouf, membre du Bureau politique et coordonnateur du Projet de modernisation des daaras. Une première pique envers celle qui a été intronisée en octobre 2019. L’appel fut entendu. La nouvelle patronne du Ps convoque le 18 janvier 2020 une réunion du Bureau politique. Dans le huis clos, certains soupçonnent Serigne Mbaye Thiam de tenter de déstabiliser celle qui assure la succession de Ousmane Tanor Dieng. Dans l’intimité de cette réunion, le secrétaire général de l’Union régionale du Ps à Kaolack plaide l’innocence devant Mar Diouf, Mamadou Faye, El Hadji Mansour Mbaye, entre autres anciens du parti. «Je suis le premier à dire que Aminata Mbengue Ndiaye doit être secrétaire général après le décès de Tanor. Je ne peux pas dire cela et poser des actes allant dans le sens contraire», avait rassuré Serigne Mbaye Thiam. Avant cette session du Bureau politique, Aminata Mbengue Ndiaye et Serigne Mbaye Thiam ont étalé en sourdine leurs divergences en octobre 2019.

Une bataille
médiatique à distance
Le secrétaire général du Ps se rend à Touba en prélude au Magal tandis que Serigne Mbaye Thiam organise le tournoi Ousmane Tanor Dieng. Sa dernière sortie sur le plateau de Maïmouna Ndour Faye a presque officialisé un début de crise au Ps. Même si Aminata Mbengue Ndiaye a tenté de l’étouffer. Sur la question de la fin de son intérim, elle fera dans le clair-obscur : «Dans notre parti, nous avons un Règlement intérieur et des statuts. Quand le titulaire d’un bureau n’est plus là, il est remplacé par son adjoint. Maintenant la date, le lieu où se feront les discussions, on n’en est pas encore là. Je ne veux pas entrer dans les détails. Je n’en suis plus à ce niveau. Je ne peux être le responsable d’un parti et créer des polémiques autour de questions qui n’ont pas encore d’importance. A la fin de nos renouvellements, ces questions seront importantes.» C’était lundi dernier, en marge d’une rencontre du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Elle a clos la question en déclarant : «Serigne Mbaye a le droit de donner son point de vue par rapport à des choses, mais ce n’est pas dans mon agenda de parler de ces choses-là. Le moment venu, vous m’entendrez.» Ce discours politiquement correct était bon pour sauver les apparences et dérouter les journalistes.

Bataille de soutiens
Proche de AMN, le secrétaire général des Jeunes socialistes ne s’est pas gêné pour charger Serigne Mbaye Thiam (SMT) qui, à ses yeux, «a poignardé le parti dans le dos». Mame Bounama Sall, dans le journal Les Echos, a mis en garde : «On vient de sortir d’une situation difficile. On est en train de se refaire une nouvelle santé suite au départ sur la pointe des pieds et surprenant de notre secrétaire général Ousmane Tanor Dieng. Que ceux qui l’encouragent dans ce projet d’affaiblissement sachent que le Ps a ses règles !» Un duel en vue qui va appeler les caciques du parti à se déterminer. Comme lors de la confrontation Tanor-Khalifa, le soutien des grands responsables sera déterminant. Khalifa Sall avait Barthélemy Dias, Bamba Fall, Idrissa Diallo… Cela était largement insuffisant pour faire vaciller OTD qui avait Aminata Mbengue Ndiaye, Mamadou Faye, Cheikh Seck, Mame Bounama Sall (sénior), Abdoulaye Wilane, Serigne Mbaye Thiam, Alioune Ndoye, etc. Aujourd’hui, quasiment la plupart de ces hauts responsables sont fidèles à Aminata Mbengue Ndiaye. Serigne Mbaye Thiam compte aussi sur des responsables qui disent «fonder beaucoup d’espoir» sur lui. Mais qui sont-ils ? Un cas de rapport de forces a eu lieu le 12 octobre 2019 à la Maison du parti. Alors que Aminata Mbengue Ndiaye formait sa délégation pour rallier Touba au nom du Ps, des bus prenaient la direction de Keur Madiabel où Serigne Mbaye Thiam organisait le tournoi Ousmane Tanor Dieng. Mme Mbengue Ndiaye était accompagnée de Abdoulaye Wilane, Mame Bounama Sall, Mamadou Faye. Bref, presque la direction du parti. Mais c’était l’année dernière. La réalité d’octobre 2019 sera-t-elle celle de 2020 ? A Keur Madiabel, Serigne Mbaye Thiam avait Mamoudou Wane, Dibcor Faye (Sg du Mees), Mamadou Mbodj Diouf, Ibou Dione et même le fils de Tanor, en l’occurrence Birane Dieng. A l’heure actuelle, beaucoup de responsables ne se sont pas encore prononcés. Sur Tfm lundi, Gorgui Ciss a déclaré que Serigne Mbaye «n’a pas la légitimité» pour devenir Sg du Ps. Il se dit que Me Moustapha Mbaye serait du camp du ministre de l’Eau et de l’assainissement. Le chargé des Questions juridiques du Ps avait critiqué dans L’Observateur, la semaine dernière, l’actuelle direction, affirmant que «le Ps ne reviendra jamais au pouvoir». Au même moment, Aminata Mbengue est en train d’accorder des audiences à ses proches pour peaufiner sa stratégie. Une énième division en vue du parti de Senghor.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here