PARTAGER

Près de deux mois après l’installation du gouvernement, la reconduction des ministres socialistes est une pilule que certains militants peinent à avaler. Abdoulaye Gallo Diao, à la tête de la fronde contre le maintien de Serigne Mbaye Thiam et de Aminata Mbengue Ndiaye, a participé au Bureau politique de samedi à la Maison du Parti socialiste. Dans le huis clos, il a encore une fois montré son désaccord. Cependant, il a été minorisé par les autres membres de l’instance, «parlement» du Ps. Avant la fin de la réunion, le jeune responsable de Kaolack s’est éclipsé. «Diao est mal tombé, parce qu’à l’unanimité, par un standing ovation, le Bureau politique s’est félicité de la reconduction de nos deux ministres, les a encouragés et s’est mis à leur disposition afin qu’ils réussissent leurs missions dans leurs nouveaux départements», a déclaré Cheikh Seck, porte-parole du jour.
Ousmane Tanor Dieng étant en convalescence en France depuis 2 mois, la réunion a été dirigée encore une fois par Aminata Mbengue Ndiaye, Secrétaire générale adjointe du Ps. Une rencontre élargie aux élus nationaux du Ps, mais que Abdoulaye Gallo Diao juge illégale. Car l’article 18 autorise le Secrétaire général du parti à appeler, au cours de la réunion, des «personnes ressources». Cheikh Seck, Secrétaire général de l’union régionale du Ps à Diourbel, a une autre lecture de cette disposition. «L’article 18 autorise le Secrétaire général du parti de s’adjoindre toute personne dont les compétences peuvent nous apporter quelque chose durant la réunion du Bureau politique. Diao est mal placé pour en parler car dans le Bureau politique, il y a des personnes qui sont membres de droit. Il s’agit du Secrétaire général, des secrétaires généraux de coordination, d’union régionale. Mais c’est dans un esprit d’ouverture que le Secré­taire général coopte des personnes. Et Diao fait partie des gens qui sont cooptés parce qu’il ne dirige ni un comité, ni une section, ni une coordination encore moins une union régionale», a répliqué le député socialiste.
Sur le dialogue politique qui s’ouvre demain, Aminata Mbengue Ndiaye et ses camarades appellent l’opposition à rejoindre la table des concertations car disent-ils, «toutes leurs préoccupations ont été prises en compte par le président de la République». Par ailleurs, le Ps «condamne» les séries de meurtres et «demande à l’Etat de renforcer les dispositifs de sécurité et de mettre la main sur ces malfaiteurs qui sont en train de ternir l’image de marque du Sénégal».
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here