PARTAGER

La coalition Mbollo Wade (Mbollo wa and deggo eggali) a rendu publique, hier, sa liste en vue des élections législatives sous réserve de la publication officielle par le Conseil constitutionnel, prévue ce vendredi. En conférence de presse, Pape Samba Mboup et Farba Senghor ont lancé des piques à leurs anciens camarades du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui ont investi Abdoulaye Wade.

C’est le flou total qui entoure la composition des listes en vue des élections législatives du 30 juillet. Les coalitions Benno bokk yakaar, Manko taxawu Senegaal et autres ont décidé de maintenir le suspense jusqu’à la publication officielle des listes prévue demain vendredi. Tout le contraire de la coalition Mbollo Wade (Mbollo wa and deggo eggali) qui a rendu publique sa liste «sous réserve» de la publication de toutes les listes par le Conseil constitutionnel. «Nous ne sommes pas comme les autres partis qui cachent leur liste des investitures à leurs militants et responsables. Car nos listes ont été confectionnées dans la transparence et dans un esprit collégial», dixit Pape Samba Mboup.  A Dakar, c’est Bene Mady Faye qui fera face à Amadou Bâ de Benno et Bamba Fall, tête de liste de Manko taxawu Senegaal.
Dans le département de Mbacké, Chouhaibou Mbacké dirige la coalition, suivi de Marième Diouf, de Abdoul Ahad Diène, de Mame Diarra Mbacké et de Cheikh Abdou Fall. Sur la liste nationale, après Farba Senghor, il y a Fatoumata Guèye, suivie de Pape Samba Mboup, de Abdoulaye Mamadou Guissé, de Ndèye Khady Diouf, de Mouhamadou Fadell Bousso et de Khadidiatou Sonko. Au total, selon l’ancien chef de cabinet de Abdoulaye Wade, Mbollo Wade a investi des candidats dans 23 départements sur les 45 du pays, car «le temps était court», en plus de la liste nationale.
Face à une quarantaine de listes, Pape Samba Mboup appelle les Sénégalais à  «faire un vote utile en faveur de Mbollo Wade». D’après lui,  «si nous cherchons à avoir une majorité à l’Assemblée nationale, ce n’est pas pour déstabiliser un quelconque régime». Et d’ajouter : «Notre feuille de route pour la campagne, c’est le changement. L’Assemblée nationale va retrouver ses fonctions que lui confère la Constitution. L’Assemblée nationale doit contrôler l’Exécutif. Elle doit défendre les populations. Elle ne doit pas subir l’Exécutif. C’est ce qui se passe actuellement.»
Revenant sur le choix porté sur Me Abdoulaye Wade comme tête de liste de la «Coalition gagnante watu Senegaal» à son âge, Farba Senghor qualifie cela d’ «échec patent» de Oumar Sarr et Cie. Et que les Sénégalais vont tirer «les leçons de ce qui vient de se passer au Pds».
A propos de la rupture attendue pour la prochaine législature, M. Senghor estime que «c’est l’esprit de l’Assemblée qu’il faut changer. C’est-à-dire il faut permettre au député d’avoir d’abord les moyens matériels pour pouvoir exercer son mandat. Avoir un siège, un lieu où on peut le retrouver».
Comme à l’accoutumée, Pape Samba Mboup s’est attaqué à Wade-fils qu’il accuse d’être à l’origine de la chute de son père mais aussi de tous les malheurs de son ex-parti, le Pds. «Nous avons été exclus du Pds pour les beaux yeux du prince Karim Wade, un candidat chimérique à la prochaine élection présidentielle. Nous n’avons aucun problème avec Abdoulaye Wade, qui reste toujours notre mentor et notre référence», rappelle Mboup.
 msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here