PARTAGER

La Plateforme citoyenne a cédé face aux critiques, émanant essentiellement des tenants de l’opposition, qui la soupçonnaient de faire le jeu du pouvoir en place.

Les observateurs de la Société civile, réunis au sein de la Plateforme numérique Senegal­Vote, ont décidé hier de mettre fin à leur mission de publication des résultats de l’élection. Cette plateforme a grandement aidé à donner une vue large des résultats de l’élection, dans l’attente des résultats officiels qui seront annoncés aujourd’hui par la Commission nationale de recensement des votes. Cependant, avec l’atmosphère de suspicion fortement entretenue notamment par les tenants de l’opposition, qui ont tendu à estimer que tous les résultats qui n’allaient pas dans le sens de leurs espérances étaient truqués, les organisateurs de la plateforme SenegalVote ont semblé renoncer à aller jusqu’au bout de leur entreprise.
Un communiqué rendu public hier annonçait déjà : «(Les) données collectées ont été publiées telles qu’elles ont été affichées, en nombre entier, sans traitements. Toute autre utilisation qui est faite de ces données publiques, différente de la manière dont nous les avons présentées, ne saurait nous engager.» Sur les réseaux sociaux, nombre d’internautes se sont désolés de ce que les initiateurs de ce mouvement n’aient pas osé poursuivre leur travail jusqu’au bout, et aient cédé à l’intimidation.
La plateforme a pour sa part, remercié les internautes qui ont pris part à cet effort citoyen de collecte et d’acheminement des résultats des votes à travers toutes les localités de tous les départements du pays. Pour donner une idée de la paranoïa qui a saisi les acteurs politiques par rapport à tout travail indépendant de publication des résultats du scrutin passé, la mission d’observation électorale de la Société civile, Sunu Election, sans doute confondue avec les animateurs de la plateforme numérique, a dû publier hier aussi un démenti, pour assurer qu’elle n’a jamais publié des résultats de l’élection et a tenu à se démarquer de ceux qui ont fait ce travail.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here