PARTAGER

Annoncé en grande pompe en avril dernier, le contrat de quatre ans passé entre la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) et l’équipementier français Le Coq Sportif aurait dû prendre effet le 26 juillet. A-t-il seulement été signé ? Est-il ensuite entré en application ? Il est aujourd’hui permis d’en douter. Abondamment partagée sur les réseaux sociaux, une image a alimenté ce scepticisme : on y voit le sélectionneur national des moins de 23 ans, Rigobert Song, en plein stage, habillé en survêtement vert et noir, combinant deux marques : Puma et Le Coq Sportif. Voilà qui fait désordre à quelques mois du Chan 2020, que le pays doit organiser. Jusqu’à susciter l’inquiétude de la tutelle gouvernementale, incarnée par le ministre des Sports.

Un danger pour l’image des Lions Indomptables
«L’on observe, lors des matchs officiels ou des séances d’entrainement, pour certaines, une tenue vestimentaire sur laquelle est apposé le logo de la marque Le Coq Sportif, et pour d’autres, celui de la marque Puma et même parfois la combinaison des deux», constate Narcisse Mouelle Kombi dans un courrier transmis à la Fécafoot. Dénon­çant également un «réel déficit en quantité d’équipements et kits sportifs mis à la disposition», le ministre redoute des «répercussions (…) dommageables à l’image des sélections nationales de football du Cameroun». Et d’inviter le président de la Fécafoot à porter à sa connaissance, «dans les plus brefs délais, toutes les clarifications nécessaires sur cet état de choses et les solutions envisagées pour y remédier efficacement et durablement». La balle est dans le camp de Seidou Mbombo Njoya, le boss de la Fécafoot.
Football365.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here