PARTAGER

Suite à quelques remous constatés au niveau de la coalition présidentielle, Benno bokk yaakaar, je prends l’entière responsabilité de prendre la plume pour m’adresser à quelques-uns de ses plénipotentiaires, à savoir les présidents Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng.
A Tanor Dieng :
Benno bokk yaakaar reste agitée par les sorties malencontreuses de certains de vos proches. Depuis, vous ne pipez mot. Ne dit-on pas que «qui ne dit mot consent» ? Si vous êtes sincère dans vos rapports avec le Président Sall, vous devez rappeler à l’ordre vos ouailles qui sabotent à longueur de journée la dynamique unitaire au sein de Bby. On ne doit pas scier la branche sur laquelle on est assis. Vous et vos frères du Parti socialiste devez savoir que le pouvoir n’est pas un gâteau à partager. L’histoire montre que vous n’étiez jamais pour une candidature unique de l’opposition en 2012. C’est ce qui vous avait conduit à saper la dynamique de Benno siggil senegaal et mettre sur pied Benno ak Tanor qui avait ramassé, il est bon de le souligner, un maigre score en 2012. Avec cette structure, vous seriez incapable d’avoir un seul député et vous devez remercier le Bon Dieu et le Président Macky d’avoir plus de 10 lors de la 12ème Législature. Aujourd’hui encore, vous avez une dizaine de députés, sans compter la présidence du Hcct que vous assurez. Le Président Macky vous a tout donné. Le Peuple sait ce dont vous êtes capable. Comme vous le faisiez avec votre parti d’alors (1996), vous nourrissez le dessein de faire un hold-up de Bby. Après un long compagnonnage avec les Présidents Senghor et Abdou Diouf, vous avez étalé vos limites. A plus de 60 ans passés, le réveil risque d’être brutal pour vous, cher président.
A Moustapha Niasse
La République vous a tout donné et vous êtes incapable, jusqu’ici, de dire ce que vous avez fait pour elle. Vous avez une soif inextinguible du pouvoir. Et cela va sans dire ! Partout où êtes passé, l’on compte vos incuries. La dernière Législature en dit long sur votre incompétence à gérer les affaires d’Etat, puisqu’elle est qualifiée par tous comme la plus nulle de l’histoire de notre Assemblée nationale. C’est ce qui pousse des dignes personnalités, à l’image de Moustapha Diakhaté, à n’en plus faire partie au risque de se décrédibiliser davantage. Pour cette 13ème Législature, le pessimisme demeure le sentiment le mieux partagé. Notre Assemblée qui était une référence en Afrique ne l’est plus par vos écarts de langage qui la déshonorent. Vous ignorez d’un bout à bout la vision du Président Macky et les aspirations du Peuple souverain.
Fallou NDIAYE
Coordonnateur MCR/Gindi Askan-Wi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here