PARTAGER

Les résultats officiels viennent d’être proclamés. Sans surprise, la victoire de la coalition présidentielle a été proclamée pres­que partout. Arrêtons-nous tout simplement au cas de Dakar qui illustre parfaitement la maladie de notre «démocratie» représentative piégée dans un mode de scrutin qui défie le bon sens.  A Dakar, la coalition présidentielle totalise 114 mille 603 voix. Le cumul des voix obtenues par l’opposition est de 181 mille 260. Une différence de 66 mille 657 voix en faveur de l’opposition laisse quand même la «victoire» à la coalition présidentielle qui va bénéficier des sept sièges de député de la capitale. Autrement dit, la majorité des Dakarois seront représentés à l’Assemblée nationale pour les cinq prochaines années par 7 députés qu’ils n’auront pas choisis. Doyna waar…
Point n’est besoin de se lancer dans des élucubrations savantes pour constater que Dakar est dans l’opposition. Il n’y a aucune victoire à fêter.
Il y a surtout une urgence à libérer le maire de la Ville qui, incarcéré depuis le mois de mars, vient d’administrer la preuve qu’il est le maître de la capitale. En effet, si on additionne les voix de la coalition conduite par Khalifa Ababacar Sall à celle du Pur dont le leader (Serigne Moustapha Sy) est l’un de ses soutiens déclarés, soit les 111 mille 849 de Manko plus les 15 mille 432 de Pur, on obtient 127 mille 356 voix, soit une différence de 12 mille 753 voix de plus par rapport à la coalition présidentielle.
En fait et de quelque manière que l’on aborde le message délivré par les chiffres officiels, la défaite politique des «ga­gnants» est sans appel… En dépit des mo­yens colossaux dé­plo­yés, Dakar a dit aussi «non» à l’emprisonnement de son maire. Il appartient au pouvoir d’en tirer les conséquences politiques.
Il ne sert à rien de tenter de forcer le passage par des artifices judiciaires car, en politique, il vaut mieux décoder les signaux et faire demi-tour à temps. Ici comme ailleurs, les têtus ont tous mal fini. Com­prenne qui pourra !
Amadou Tidiane WONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here