PARTAGER

Considéré comme l’un des meilleurs gardiens de but de sa génération, André Onana s’est révélé aux yeux du grand public, la saison dernière avec l’Ajax Amsterdam, auteur d’un doublé Coupe-championnat aux Pays-Bas, et surtout demi-finaliste de la Ligue des champions après avoir régalé les observateurs par sa qualité de jeu notamment. Nommé pour le premier prix Yachine, récompensant le meilleur gardien de l’année et remporté par le Brésilien Alisson, le Camerounais peut savourer sa revanche sur les injustices dont il a été victime par le passé. Dans un entretien accordé au média néerlandais Het Parool, Onana a affirmé qu’un club avait tenté de le recruter il y a quelques années, mais avait finalement fait machine arrière parce qu’il est noir… «Ce n’est pas facile pour un gardien de but noir de monter sur les grandes scènes. Je me souviens que lors de ma première année à l’Ajax, nous avons atteint la finale de la Ligue Europa (perdue contre Manchester United, Ndlr), a-t-il expliqué. Après cette finale, mon agent a parlé à un club qui était intéressé pour m’acheter, mais rien n’a été fait, car il aurait été difficile pour ce club d’expliquer aux fans l’achat d’un gardien noir. Ils m’ont rejeté pour cela et non pas parce que je n’étais pas à la hauteur. Je considère que c’est un compliment.»
Puis, le portier de 23 ans a lancé un message fort à destination de ces individus qui profèrent des injures racistes dans les stades de football : «Le racisme dans le football est un fait. Je suis fier d’être noir. Si quelqu’un me crie que je suis un singe, le problème est le sien. Je ne vois aucune différence entre le Noir et le Blanc. Je ne quitterai jamais le terrain pour des insultes racistes parce que c’est exactement ce qu’ils veulent. Mais ce phénomène existe partout, pas seulement dans le football. Le racisme existait bien avant ma naissance et il ne disparaîtra pas soudainement. Mais un jour, ça s’arrêtera.»
Sport.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here