PARTAGER

C’est devenu une tradition à la Cité du Vatican : adresser à l’occasion du mois béni du Ramadan un message à la communauté musulmane. Ainsi, pour sacrifier à ce rituel, le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux a délivré cette année son adresse à la Oumah islamique. Dans ce message pour le mois de Ramadan et l’Aïd al-fitr intitulé «Chrétiens et Musulmans : protéger ensemble les lieux de culte», le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux reste soucieux de la protection des lieux de culte. Aussi, la structure relevant du Saint-Siège se dit satisfaite «des efforts déployés par la communauté internationale à différents niveaux pour la protection des lieux de culte dans le monde». Elle espère que «notre estime mutuelle, notre respect et notre coopération contribueront à accroître les liens d’amitié sincère et permettront à nos communautés de sauvegarder les lieux de culte» afin d’«assurer aux générations à venir la liberté fondamentale de professer leurs propres croyances».
Evoquant les «récentes attaques perpétrées contre des églises, des mosquées et des synagogues par des personnes malintentionnées», le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux rappelle un extrait du «Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune», signé par le pape François et le grand imam d’Al-Azhar, Dr Ahmad Al-Tayyeb, le 4 février 2019, à Abou Dhabi. Celui-ci disait en substance : «La protection des lieux de culte – temples, églises et mosquées – est un devoir garanti par les religions, les valeurs humaines, les lois et les conventions internationales. Toute tentative d’attaquer les lieux de culte ou de les menacer par des attentats, des explosions ou des démolitions est une déviation des enseignements des religions, ainsi qu’une claire violation du droit international». «Pour les chrétiens comme pour les musulmans, les églises et les mosquées sont des espaces réservés à la prière, que celles-ci soient personnelles ou communautaires. Elles sont construites et décorées de manière à favoriser le silence, la réflexion et la méditation», rappelle le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Qui ajoute que les églises et les mosquées «définissent aussi un espace où chacun peut revenir au plus profond de lui-même, favorisant l’expérience de Dieu dans le silence. Ainsi, le lieu de culte de toute religion est ‘’une maison de prière’’» (Isaïe 56, 7).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here