PARTAGER

Abdoul Aziz Sy Al Amine, au-delà d’être un guide religieux, a été aussi un médiateur capable de réconcilier des hommes politiques en brouille, ou de résoudre une crise entre les gouvernants et les syndicalistes. A chaque fois que l’occasion se présentait, le défunt Khalife général des Tidianes a pris son bâton de pèlerin pour jouer les bons offices.

Avec la disparition du khalife général des Tidianes, le Sénégal a aussi perdu un médiateur. Abdoul Aziz Sy Al Amine a marqué de son empreinte la résolution de certaines crises politiques et sociales. Porte-parole de la famille de Tivaouane durant plusieurs années, le guide religieux, qui a cheminé avec les Présidents Diouf, Wade et aussi Sall, a toujours montré sa disposition de faire la médiation pour régler certaines crises. L’on se rappelle son rôle dans la brouille entre Idrissa Seck et Abdoulaye Wade. Le chef religieux a essayé de réconcilier les deux hommes. Même s’il ne réussit pas toujours, il montre tout le temps sa détermination à jouer les bons offices pour résoudre certains conflits. C’est aussi le cas avec le maire de Dakar, emprisonné dans le cadre de l’affaire de la caisse d’avance. Al Amine a essayé de plaider la cause de Khalifa Ababacar Sall. Il avait même dit : «Ne serait-ce que pour son nom (Ndlr : le maire de Dakar porte le nom de son père), il ne devait pas faire la prison.»
Sa médiation ne se limitait pas seulement à la sphère politique. Abdoul Aziz Sy Al Amine a aussi marqué les esprits durant son règne en tant que porte-parole de la famille de Tivaouane, et puis khalife général durant quelques mois, par sa volonté et sa détermination à résoudre les crises sociale. C’est dans ce cadre qu’il appelait souvent les syndicalistes et les responsables de l’Etat à la table des négociations. On se souvient du rôle qu’il a joué dans la résolution de la crise scolaire de 2015-2016. Une grève des enseignants qui avait valu à certains membres de ce secteur d’être convoqués à la police pour les obliger à rendre les copies des élèves. Etant à l’époque porte-parole, Abdoul Aziz Sy avait multiplié les appels au dialogue pour trouver une issue heureuse à cette crise scolaire. Al Amine avait à l’époque demandé aux syndicalistes de faire preuve de responsabilité et de ne pas jouer avec l’avenir des enfants. Le guide religieux avait aussi demandé au gouvernement de respecter ses engagements. Ayant reçu les syndicalistes en audience en juin 2016, il avait réussi à leur faire entendre raison et l’année scolaire avait ainsi été sauvée de justesse.
Outre ses actions avec les hommes politiques et les acteurs sociaux, Abdoul Aziz Sy Al Amine était aussi un homme de son temps. Dans le sens où rien de l’actualité au Sénégal et dans le monde ne l’échappait. Il s’est prononcé à chaque fois que le besoin se faisait sentir sur les questions d’actualité. La dernière en date, ce sont les exactions commises contre la communauté musulmane en Birmanie. Dans une déclaration, Abdoul Aziz Sy Al Amine avait pris la défense des Rohingyas et demandé une mobilisation pour que cessent ces massacres qui durent depuis des années. Par la même occasion, il avait appelé la communauté internationale à agir pour définitivement régler cette crise. Le Sénégal va pleurer un régulateur social.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here