PARTAGER

Les auditeurs du cabinet Mamina Camara ont jugé «pas satisfaisant» le fonctionnement de la commission des marchés du Port autonome de Dakar en 2016.

La mission d’audit effectuée par le cabinet Mamina Camara au Port autonome de Dakar (Pad) n’a pas été satisfaisante. C’est la conclusion rendue par l’auditeur au terme de sa mission. «En raison des manquements évoqués, la commission des marchés du Port autonome de Dakar n’a pas fonctionné au titre de la gestion 2016, conformément aux dispositions du Code des marchés publics. A notre avis, la qualité de cette structure du Pad n’a pas été satisfaisante», indique le rapport. Les auditeurs reprochent ainsi au Directeur général du Port d’avoir «approuvé toutes les propositions d’attribution de marchés de la commission des marchés en lieu et place de la personne responsable du marché désignée». En outre dans cette boite, les lenteurs administratives ont clairement faussé les règles de passation. «La commission des marchés ne respecte pas les dispositions de l’article 70 du Code des marchés publics fixant le délai maximum de 15 jours à compter de la séance d’ouverture des plis, pour proposer à l’autorité contractante (Personne responsable du marché). Des lenteurs administratives chroniques ont été même constatées dans l’attribution provisoire de marchés après évaluation des offres», précise le rapport. Dans la société dirigée à l’époque par Cheikh Kanté, les auditeurs ont constaté que «la mise en place de la commission des marchés pour l’exercice 2016 et la transmission à la Dcmp et à l’Armp de l’acte de nomination de ses membres, prévues au plus tard le 5 janvier de chaque année, ont été effectuées le 18 février 2016. Les désignations des membres des comités techniques devant évaluer les offres ne sont pas consignées dans des procès-verbaux de la commission des marchés qui les nomme».
Concernant le marché d’application des plans de sureté et la fourniture d’équipements de protection individuelle pour un montant global de 2 milliards 158 millions 267 mille 560 francs Cfa et pour lequel le Pad a eu recours à un appel d’offres restreint en procédure d’urgence, la mission d’audit conclut que «la passation de ce marché avant fin décembre 2015 ne constituait pas une situation d’urgence avérée dès lors que cet événement était prévisible et que sa passation tardive résultait du manque de prévoyance du Port de Dakar». De plus, un seul des candidats présents dans la liste retreinte disposait des qualifications requises. «Cette situation viole le principe de mise en concurrence lors de la passation des marchés publics», conclut l’auditeur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here