PARTAGER

C’est une avancée dans la lutte contre le tabagisme dans le monde. Pour la première fois, l’Oms constate dans un nouveau rapport la baisse de la consommation du tabac chez les hommes. Dans le document, l’Organisation mondiale de la santé explique cette baisse par les mesures antitabac efficaces, prises par les pays.

Un changement majeur a été noté dans l’épidémie mondiale du tabagisme. L’Organisation mondiale de la santé (Oms), dans un nouveau rapport, constate pour la première fois que le nombre d’hommes consommant le tabac diminue. Cette baisse, selon l’Oms, «est due à l’attitude plus ferme des gouvernements face à l’industrie du tabac». Ce rapport montre que la tendance à la hausse du tabagisme masculin a été stoppée. Ainsi, selon les projections, «le nombre de consommateurs hommes diminuera de plus d’un million en 2020 pour s’établir à 1,091 milliard et de 5 millions d’ici à 2025 pour atteindre 1,087 milliard ». Selon le document, «d’ici à 2020, les projections de l’Oms font apparaître une diminution de 10 millions du nombre total pour les deux sexes par rapport à 2018 et une nouvelle baisse de 27 millions d’ici à 2025, où il ne devrait pas dépasser 1,299 milliard». En outre, l’organisation renseigne que «depuis 2010, le tabagisme recule dans 60% des pays environs». Analysant cette nouvelle situation, le directeur de la Promotion de la santé à l’Oms, Dr Ruediger Krech, soutient que «les réductions constatées au niveau mondial montrent qu’en introduisant des mesures et en renforçant leur action globale sur la base de données factuelles, les pays peuvent protéger le bien-être de leurs ressortissants et de leurs communautés». C’est aussi l’avis du directeur général de l’Oms qui estime que «la baisse de la consommation chez les hommes constitue un tournant dans la lutte contre le tabagisme». D’après lui, L’Oms «continuera de collaborer étroitement avec les pays pour que cette nouvelle tendance soit maintenue».
Cependant, l’organisation attire l’attention sur le fait que «les progrès accomplis en vue de la cible d’une diminution de 30% du tabagisme d’ici à 2025 fixée par les gouvernements restent néanmoins insuffisants». D’après les auteurs du document, «au rythme actuel, la réduction n’atteindra que 23% en 2025, seuls 32 pays étant en mesure de franchir la barre des 30% de baisse». Mais l’espoir est permis avec «la baisse prévue chez les hommes qui représentent la grande majorité des consommateurs». Cette baisse, souligne l’Oms, «peut être renforcée et servir à accélérer les efforts en vue d’atteindre la cible mondiale». Le chef de l’Unité de lutte antitabac à l’Oms, Dr Vinayak Prasad, plaide pour le renforcement des actions afin d’accomplir cette mission. «Sans une action nationale renforcée, la diminution prévue du tabagisme ne permettra pas d’atteindre les cibles mondiales. Nous ne devons jamais relâcher nos efforts contre les multinationales du tabac», a-t-il déclaré.

Des mesures politiques efficaces
Par ailleurs, le rapport qui donne des statistiques sur la consommation du tabac dans le monde renseigne que «concernant les enfants, quelque 43 millions d’enfants (de 13 à 15 ans) ont consommé des produits du tabac en 2018 (14 millions de filles et 29 millions de garçons)». S’agissant des femmes, «le nombre de consommatrices du tabac en 2018 était de 244 millions et on devrait en compter 32 millions de moins d’ici à 2025». Expliquant cette baisse du tabagisme, les auteurs du document informent qu’elle est due «surtout aux progrès réalisés dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, alors que c’est dans la région européenne qu’ils sont les plus lents». Les mesures politiques prises ont été aussi analysées. Ainsi, il a été constaté que «de plus en plus de pays appliquent des mesures antitabac efficaces qui ont l’effet souhaité en faisant reculer le tabagisme». Il a été noté également que «les taxes sur les produits du tabac contribuent à réduire la consommation et les dépenses de santé liées au tabac (…)».
Dans son document, l’Oms rappelle que «chaque année, le tabagisme est à l’origine de plus de 8 millions de décès, entraînant la mort d’environ un consommateur sur deux». Dans la même veine, elle informe que «plus de 7 millions de ces décès sont dus à la consommation directe de produits du tabac, alors qu’environ 1,2 million résultent du tabagisme passif». Et la plupart des décès liés au tabac, selon l’Oms, «touchent les pays à revenu faible ou intermédiaire qui sont la cible d’activités et d’efforts de commercialisation intenses de la part de l’industrie du tabac».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here