PARTAGER

Le ministre des Mines et de l’Industrie trouve avoir été impliqué à tort dans un dossier où il ne lui a pas donné la possibilité de s’expliquer.
Mis en cause dans le rapport de l’Ige dont Le Quotidien a fait état dans son édition d’hier, le ministre de l’Industrie et des Mines Aly Ngouille Ndiaye a contacté la Rédaction pour se désoler de n’avoir jamais eu l’opportunité de s’expliquer avant d’être impliqué. M. Ndiaye a nettement fait comprendre que les Inspecteurs généraux d’Etat qui menaient l’enquête ne l’ont jamais saisi, par courrier ou sous quelque forme que ce soit. Il a affirmé n’avoir «jamais vu de rapport ou de pré-rapport» de l’Ige, avant que Le Quotidien n’en parle. Ce qui pourrait être corroboré par le fait que le rapport parcouru avant-hier, n’a nulle part fait état d’un questionnaire ou d’un courrier qui aurait été envoyé au ministre.
Mieux, Aly Ngouille Ndiaye a affirmé que c’est en lisant Le Quotidien d’hier qu’il a appris l’existence de ce rapport. «Les gens en parlaient autour de moi, mais je pensais même que ce n’était pas vrai, qu’il n’existait pas». Une manière de faire comprendre que le chef de l’Etat, qui actionne l’Ige, n’est pas lié par l’agenda d’un quelconque ministre, et n’est pas tenu d’informer ce dernier d’une enquête qu’il a fait initier. «De même, un ministre, qui n’est pas informé d’une initiative présidentielle, n’est pas tenu d’attendre les résultats d’une enquête de l’Ige pour faire son travail».
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here