PARTAGER

La Commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards a fait face à la presse hier pour livrer ses résultats. Comme annoncé par Le Quotidien et L’Observateur dans leurs éditions d’hier, le rapport a conclu qu’il n’y a pas eu de détournement de deniers publics. Une séance plénière sera convoquée dans les prochains jours pour voir la suite à donner à ce rapport.

C’est officiel ! L’enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards confirme qu’il n’y a pas eu de détournement de deniers publics. La Commission a livré ses résultats hier, lors d’un point de presse. Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale, dispose déjà du rapport. Et la suite, c’est qu’une plénière sera convoquée bientôt en séance extraordinaire afin d’apprécier la suite à donner à ce dossier soulevé par le député Ousmane Sonko. Mais en attendant, le président de la Commission d’enquête est revenu sur quelques détails du rapport. Du 27 mai au 11 juillet, selon Dieh Mandiaye Ba, rapporteur de ladite commission, les auditions ont duré 2 415 minutes, soit 40 heures, 15 minutes et 8 secondes. Au total, c’est 31 – et non 35 – personnes dont deux ont été entendues deux fois pour des raisons de clarification. Parmi elles, il y a des héritiers du titre foncier qui fait l’objet de contentieux.

La commission condamne «l’attitude irresponsable»
de Sonko
En conférence de presse à l’Assemblée nationale, le président de la commission a rappelé, pour le regretter, que Ousmane Sonko et Ismaïla Ba, gérant du cabinet Mercalex, n’ont pas répondu à leur convocation. «La commission a vivement condamné cette attitude irresponsable dont ils ont fait montre, l’absence de civisme républicain, le déficit d’élégance et le manque de considération vis-à-vis de nos institutions, voire des Sénégalais», a dit Cheikh Seck. Même si, souligne-t-il, «cela ne peut pas influer négativement sur le travail de la commission». Il ajoute : «Le sérieux et le professionnalisme avec lesquels la commission d’enquête a travaillé nous ont permis de faire énormément de recommandations allant dans le sens d’une meilleure gestion des expropriations dans notre pays, mais d’une meilleure efficacité, une meilleure efficience de notre Administration domaniale et fiscale.» A Ousmane Sonko, le président de la commission dira : «S’il est sûr de ce qu’il dit, il aurait été plus courageux et responsable de venir nous fournir les preuves de ce qu’il dit.»
Il faut rappeler que la commission a été mise en place le 15 février. Dans ce dossier, il s’agit d’accusations portées par Ousmane Sonko contre Mamour Diallo, ancien directeur des Domaines, sur le Tf 1451/R.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here