PARTAGER

Malgré les assurances des autorités sanitaires, il y a lieu de se poser des questions sur les mesures prises pour éviter la propagation du virus au Sénégal qui a déjà enregistré 4 cas. Ce, d’autant plus que les rassemblements religieux n’ont pas été annulés et les mesures élémentaires d’hygiène ne sont pas souvent respectées.

Le président de la République a annulé ses déplacements et certaines manifestations publi­ques. La raison évoquée : éviter la propagation du Covid 19 qui est déjà au Sénégal avec quatre cas confirmés. Ne devrait-on pas aller plus loin dans cette démarche ? Que représentent les déplacements des membres du gouvernement et les manifestations publiques à côté de celles religieuses qui drainent beaucoup plus de monde ? Le chef de l’Etat ne devrait-t-il pas convaincre les guides religieux sur la nécessité de surseoir à ces manifestations pour éviter la propagation du virus ? Cela, d’autant plus qu’il avait dit quand il était question de rapatrier les étudiants sénégalais de Wuhan (épicentre du virus en Chine) que notre pays n’avait pas les moyens logistiques nécessaires pour les rapatrier. Le chef de l’Etat faisait ainsi allusion à l’avion spécial et au personnel qui se chargerait de les amener à Dakar. Et aussi une fois dans la capitale, aux moyens pour leur confinement. Il avait été clair et ferme sur le sujet, soutenant que c’est «hors de portée». Maintenant, faire annuler les rassemblements religieux qui drainent des foules, avec l’insalubrité qui règne dans ce pays serait-il aussi «hors de portée» ? Si des pays du Nord, qui ont plus de moyens (la France et l’Italie) n’arrivent pas à limiter la prorogation du virus et en arrivent à interdire les rassemblements, le Sénégal devrait-t-il prendre ce risque ?
Au-delà de cette question de rassemblement, il y a aussi celle des mesures d’hygiène à adopter. C’est vrai que depuis l’apparition du virus en Chine, le ministère de la Santé fait passer des spots à la télévision nationale, appelant les gens à se laver régulièrement les mains avec du savon et à utiliser des mouchoirs à jeter pour éternuer ou tousser. Mais, en observant les habitudes de tous les jours d’une bonne partie de la population, l’on se rend compte que le message ne passe pas encore. Dans les bus déjà bondés, les gens toussent ou éternuent sans se protéger. Que dire aussi des masques qui sont utilisés par certains ? Les gens savent-ils que les masques de protection doivent être changés toutes les trois heures ? Chose à vérifier avec les masques qu’on voit les gens mettre dans la rue et qui sont bons pour la poubelle. D’ailleurs, sur sa page Facebook, le Dr Mamadou Mansour Diouf, médecin anesthésiste-réanimateur basé en France, informe que le «port du masque par la population non malade afin d’éviter d’attraper la maladie ne fait pas partie des mesures recommandées et son efficacité n’est pas démontrée». Le médecin, qui explique dans quel cas il faut porter un masque, soutient que «si vous n’êtes pas médecin ou personnel soignant, le port du masque est indiqué dans deux cas de figure : si vous présentez des symptômes relatifs au coronavirus Covid 19 (symptômes d’infection respiratoire : fièvre, toux, difficultés respiratoires)». Dans le deuxième cas de figure, souligne Dr Diouf, il faut faire «partie des personnes contact» et avoir eu «un contact ‘’étroit et prolongé’’ avec un malade». Dr Diouf est aussi revenu sur les différents types de masques, ceux qui doivent être utilisés par le personnel soignant et ceux «disponibles en pharmacie et portés dans la rue ou dans les établissements pour personnes âgées». Ces derniers, renseignent-il, «sont des masques jetables que l’on ne doit pas porter plus de 3 heures».
En plus des mesures d’hygiène à adopter, Dr Mamadou Mansour Diouf recommande «de se saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades, aérer votre intérieur et évitez les contacts rapprochés avec des personnes qui présentent des symptômes susceptibles d’être porteurs du virus». Au regard de la réalité sur le terrain, il y a lieu de se demander si les gens mesurent la gravité de cette maladie. Il ne faut certes pas paniquer mais suivre les recommandations des médecins sur les mesures de prévention à adopter. Comme le dit Dr Diouf sur son post : «Sérénité, vigilance, observance des consignes sont les clés du combat !»
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here