PARTAGER

Le Front de résistance nationale estime qu’en cas rejoignant la majorité présidentielle, Idrissa Seck, Oumar Sarr et autres se sont auto-exclus. Rewmi et le Parti des libéraux et démocrates (Lpd/And Suqali) n’ont pas tardé à réagir. Le parti Rewmi «prend acte» du communiqué du Front de résistance nationale, mais tient à rappeller à Mactar Sourang et Cie que «(leurs) actions, même divergentes, devront concourir à l’intérêt de notre pays car l’objectif commun reste le même : servir la Nation et garantir le mieux-être de nos compatriotes». Le porte-parole du parti dirigé par le nouveau président du Conseil économique, social et environnemental (Cese) se veut cependant clair. «Rewmi et le président Idrissa Seck ne se fixent pas de durée de compagnonnage avec le parti au pouvoir. Nous sommes en présence d’une situation qui nous a amenés à prendre une décision que nous avons jugée sage et utile pour notre pays. Cette situation, c’est la crise socio-économique liée à la survenue du Covid-19 et à la crise politique qui s’installe de plus en plus dans des pays voisins. Nous sommes donc ensemble dans une recherche de solutions pour réussir la relance économique mais également pour jouer un rôle principal de médiateur dans la sous-région», a expliqué Daouda Ba sur I-radio.
De son côté, le Lpd/And Suqali semble démentir Mactar Sourang et ses camarades qui soutiennent avoir appris leur participation au gouvernement «en même temps que tout le monde à travers les médias». «Dès le samedi 31 octobre, veille du remaniement gouvernemental, le président Omar Sarr a saisi le coordonnateur et d’autres leaders du Frn pour leur faire part des décisions du Directoire du Pld et de la nécessité subséquente de redéfinir nos rapports», informe un communiqué. En tout état de cause, leur porte-parole, Mamadou Bamba Ndiaye, informe «le Pld/As exclut toute forme de polémique» et «réaffirme son amitié et son respect envers toutes les composantes du Frn».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here