PARTAGER

Face à la rumeur sur l’augmentation  des amendes liées aux infractions du Code de la route, le directeur des Transports terrestres a démenti ces informations. Selon lui, la situation n’a pas changé.

Un document en circulation dans le pays et faisant état d’une augmentation des amendes forfaitaires pour les infractions sur la route est un faux document. Cheikh Oumar Gaye, directeur des Transports terrestres l’a fait savoir vendredi à Rufis­que. «L’Etat tient à préciser que c’est un faux document», a-t-il fait savoir avant de pour­sui­vre : «C’est un document d’un pays voisin, plus précisément le Togo que les gens ont tiré sur le net et largement diffusé dans le pays». Donnant plus de précision sur ce document  M. Gaye de relever : «Le document en question est un arrêté interministériel faisant état d’une augmentation des amendes forfaitaires liées aux infractions au code de la route allant jusqu’à 50 mille Cfa. L’Etat n’a pas sorti de document faisant état de cela.» Pour lui, lorsque l’Etat se décidera à faire un changement sur   les amendes forfaitaires ce sera par «un décret présidentiel». Gaye a ainsi appelé à «la responsabilité des forces de gendarmerie et de police et des agents du contrôle en général», pour la conduite à tenir par rapport aux conséquences pouvant découler du fait. «Des organisations de transport prennent ce document là pour essayer de faire des mouvements de contestation», explique M. Gaye. Le directeur des Transports terrestres s’est exprimé vendredi lors de l’opérationnalisation d’une Brigade mixte composée des éléments de «la police, de la gendarmerie et d’agents assermentés de la direction du transport routier». «L’opération qui entre dans le cadre de l’application des mesures prises lors du conseil interministériel du 9 février consacré à la sécurité routière a commencé le lundi dans le département de Dakar pour se poursuivre le mercredi à Pikine et Guédiawaye. Aujour­d’hui nous sommes à Rufisque mais en même temps les gouverneurs de région sont en train de l’appliquer dans toutes les régions du pays», a-t-il assuré. «Nous allons nous déplacer sur le long des grands axes sur le corridor Dakar-Bamako en passant par Kaolack et Fatick et sur la Rn2 », a-t-il expliqué assurant que ces deux axes sont «les plus accidentogènes en ce moment au Sénégal».  Le directeur s’est désolé de la recrudescence des accidents pour ce premier trimestre de 2017 avec «du 1er janvier au 15 mars 162 morts enregistrés» dans des accidents de la circulation. «Si cette tendance n’est pas stoppée on compterait à la fin de l’année les 1000 morts et ce serait un triste record», a averti M. Gaye.

abndiaye@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Pourquoi organiser des manifestations à cause de l’augmentation des amendes. Il faut juste respecter le code de la route. Les testes de drogues ne me gênent pas puisque je ne consomme pas de drogue. Celui qui se sent morveux n’ a qu’à se moucher.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here