PARTAGER

«La première chose que j’ai à dire, c’est que Dieu est juste. Le Ben du Synpics, pas tout le monde, mais certains amenés par Bamba Kassé veulent faire de cette affaire un combat personnel. Mais le Synpics/Soleil avec qui j’ai eu des rapports heurtés m’a rendu justice à travers son communiqué. En prenant connaissance du communiqué Synpics, Cored et Convention des jeunes reporters, je suis animé par un sentiment de surprise, d’indignation et d’inquiétude. Le Cored est censé être une entité de régulation, un tribunal et dit être à équidistance. Même dans les pays de dictature, les tribunaux entendent la version du présumé coupable. Comment le Cored peut s’associer à un communiqué me condamnant sans pour autant prendre ma version en violant les deux règles les plus élémentaires : l’éthique et la déontologie.
Il faut recouper. Dié Maty est membre du Cored et du Tribunal des pairs. Comment peut-on être juge et partie ? Il y a un membre du Cored qui m’en veut personnellement. Je ne citerai pas son nom pour ne pas créer de malaise.
Si les auteurs du communiqué étaient animés par un sentiment de justice, ils n’allaient pas prendre une seule version. Cela transforme le contenu de leur communiqué en un tissu de contrevérités. Ils pensent qu’ils peuvent me faire peur avec ces communiqués. C’est du vent.
Ils écrivent noir sur blanc que Dié Maty a acté sa clause de conscience au mois de septembre. C’est faux ! Elle l’a fait le 12 octobre 2020, juste après avoir reçu sa sanction de mise à pied. Si ces gens m’avaient appelé, je leur aurais donné la bonne information. Ils parlent de clause de conscience mais ils ne savent même pas sa définition. Le Code de la presse dit que le journaliste peut évoquer la clause de conscience si on l’assigne à une tâche qui entrave sa dignité, enfreint les règles de l’éthique et de la déontologie. Jamais, pas une seule fois, Dié Maty n’a été dans cette situation. Le problème de Dié est de dire qu’elle est journaliste sénior et qu’elle est indigne de faire des reportages et des communiqués. C’est une insulte à toutes les centaines de reportages et de communiqués.
Dans ma conception du journalisme, il n’y a pas de journaliste sénior ou journaliste junior, jeune ou petit. On est journaliste ou on ne l’est pas. Je n’ai pas sanctionné Dié Maty pour une clause de conscience, mais pour insubordination et manquement aux horaires de travail.
Le Synpics et le Cored disent qu’elle est venue avec 30 minutes de retard. C’est faux, elle est venue 1 heure de temps après. Cela veut dire qu’elle a manqué à ses obligations. Je rappelle à Dié Maty que la période du baronnât et des journalistes intouchables, c’est fini. Je l’ai sanctionnée et quand elle reviendra et qu’elle récidive, je vais la sanctionner de manière radicale et définitive. Personne à part Dieu n’y peut rien.
Que Bamba Kassé, s’il a des comptes à régler avec moi, arrête cette lâcheté qui fait qu’il se réfugie derrière le Synpics et le Ben. Il n’a qu’à venir directement vers moi.
Affecter Dié Maty Fall a un autre service ? Je ne le ferai jamais. Je ne ferai aucun traitement de faveur à qui que ce soit. Nous sommes tous des agents y compris le Directeur général. Comment pouvez-vous comprendre que Dié Maty n’adresse pas la parole à toute sa hiérarchie en commençant par le directeur de la rédaction jusqu’à au chef de service, elle ne leur adresse pas la parole et ne les salue pas.
Le Soleil n’a rien à voir dans les engagements politiques de Dié Maty Fall. Je suis membre du Secrétariat exécutif national de l’Apr, est-ce que je vais invoquer une clause de conscience qui ne me permet pas de faire un édito pour exprimer mon opinion ? Quand elle signait son contrat en 2016 a-t-elle eu l’honnêteté de dire : «Je suis du Parti socialiste ?» Il faut arrêter. Je salue et loue l’attitude de tous les partenaires sociaux du Soleil. Je leur accorde une oreille attentive parce que je sais que leur démarche n’est pas politicienne.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here