PARTAGER

La Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées (Fsaph) ne compte pas laisser passer l’affaire des brutalités subies par Awa Gueye et Rougui Thiam, personnes handicapées de leur état, de la part d’un agent d’assistance à la sécurité de proximité (Asp) appuyé par des éléments des forces de police, vendredi dernier. La structure dirigée par Yatma Fall appelle à la mobilisation pour que justice soit rendue à la victime.

Les brutalités exercées sur des personnes handicapées ont fait bondir Yatma Fall, président de la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées (Fsaph), de son siège. Celui-ci, réagissant à la suite de ce qui s’est passé le vendredi 8 juin 2019, journée au cours de laquelle des personnes handicapées trouvées à Dakar ont été sévèrement brutalisées par un Agent de sécurité de proximité (Asp), appuyé en cela par des éléments des forces de police, s’est dit peiné. Ce, à cause du traitement dont ont fait l’objet les dames. «Awa Gaye, sur son fauteuil roulant, a été sauvagement violentée, et Rougui Thiam, arrêtée manu militari, séparée de son fauteuil roulant et jetée comme une malpropre dans les cachots du Com­mis­sariat central de Dakar» ; d‘où la colère de M. Fall qui a tapé sur la table pour s’en indigner : «Trop c’est trop ! La Fsaph condamne avec la dernière énergie cette énième agression des forces de police contre des personnes handicapées sans défense et qui n’ont commis aucun tort. Le comportement particulièrement violent de cet Asp et de ses commanditaires ne saurait se justifier dans un Etat de droit qui, plus est, vient d’être épinglé par le Comité des Nations unies contre les tortures.»
Le président de ladite structure, défendant les intérêts des personnes vivant avec un handicap, note que la solution pour venir à bout de la mendicité des personnes handicapées «passe forcément par la prise de mesures hardies, entre autres, en rendant inclusif notre système éducatif et en mettant en place le Fonds d’appui aux personnes handicapées, tel que prévu par la Loi d’orientation sociale». Concernant ces brutalités policières qui, précise-t-il, «n’ont pas l’onction des autorités suprêmes», Yatma Fall souligne qu’«elles risquent à terme d’annihiler les efforts salutaires faits par le président de la République, Macky Sall, en faveur de la protection des droits des personnes handicapées».
En définitive, le Fsaph appelle à la mobilisation pour que justice soit rendue aux victimes de ces traitements.
Avec Seneweb.com

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here