PARTAGER

«C’est avec beaucoup de regret et d’étonnement que j’ai vu mon nom associé, aujourd’hui, à des actes de violences et à l’instrumentalisation dans le champ politique. En effet, je suis accusé à tort d’être derrière les jeunes qui se sont affrontés contre des partisans du ministre de la Jeunesse Mame Mbaye Niang qui était en tournée, dimanche, dans la commune de Fass-Colobane. C’est précisément Mon­sieur Ass Malick Ndoye qui est cité comme celui par qui j’aurais commandité ces actes de violences politiques», déplore Pape Maël Diop. Dans un communiqué, le leader du Ras­semblement autour de Macky (Ram) précise qu’il n’est «ni de près ni de loin mêlé à des agissements» de M. Ndoye qui vont «à l’encontre des recommandations du président de l’Apr et chef de l’Etat».
Responsable de l’Apr au Point E, il rappelle qu’il ne se fixe «aucune limite» dans son «engagement pour la massification de l’Apr, dans la courtoisie et le respect de nos différences». C’est à ce titre d’ailleurs que, rapporte-t-il, «ce dimanche, au moment de ces regrettables faits, j’étais l’hôte d’une mobilisation à Diamaguène-Sicap Mbao, à côté du maire de cette commune, mon frère et ami Ndoffène Fall». Et de préciser : «Le fait pour quelqu’un de travailler à l’Aéroport, ce qui est le cas de Ass Malick Ndoye, ne signifie pas que je cautionne, instruit ou commandite ses actions politiques. Ils sont du reste très nombreux, les jeunes, agents des Ads, avec qui je n’ai aucune relation en politique et qui s’activent pourtant avec de nombreux responsables de l’Apr et même de l’opposition.» M. Diop invite en conséquence les responsables de la commune de Fass-Colobane à «prendre leurs responsabilités». Le président de Ram en tire la conclusion suivante : «En ce qui me concerne, devant de tels agissements et relativement en ma démarche en politique basée sur l’ouverture et la solidarité et pour dissiper tout malentendu à l’avenir, je sursois à tous les engagements que j’avais pris dans le cadre de mes activités pour le développement dans cette commune.»
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here