PARTAGER

Manko taxawu senegaal n’impressionne pas l’administrateur de l’Alliance pour la République. Maël Thiam, qui dit faire con­fiance au bilan de Macky Sall, constate que c’est une «énième coalition» de l’opposition.

La coalition de 10 partis de l’opposition regroupés dans Manko taxawu senegaal n’empêche pas la mouvance présidentielle de dormir, si l’on se fie aux propos de l’administrateur de l’Alliance pour la République (Apr). «C’est une coalition de bric et de bloc qui ne peut pas aveugler les Sénégalais», selon Maël Thiam qui assisté hier au rassemblement du Réseau des amis de Marième Sall (Rams) dirigé par Gazou. M. Thiam est convaincu que la majorité des électeurs ne militent pas dans les partis. Et que par conséquent, ils votent sur la base de résultats. Une donnée qui, estime-t-il, joue en leur faveur. «Les Sénégalais ont fini de constater les résultats merveilleux jamais obtenus en un temps aussi record, réalisés par le président de la Répu­blique. La plupart des électeurs ne font partie d’aucun parti politique. Ce qui les intéresse, c’est le pays», a-t-il dit, tout en faisant remarquer que Manko taxawu senegaal n’est qu’«une énième coalition» de l’opposition.
Interpellé sur les querelles qui secouent l’Apr, Maël Thiam préfère les ranger dans «l’inexpérience» de certains de ses camarades et leurs ambitions à briguer un poste. Il admet cependant que ce qui s’est passé est «déplorable». «Aux yeux des Sénégalais, nous aurions pu donner une autre image. La plupart des membres de l’Apr n’ont pas d’expérience politique. Notre parti ne peut pas échapper aux contraintes qui s’imposent aux organisations humaines», a-t-il relativisé.
L’administrateur de l’Apr se dit tout de même «confiant» que ces querelles ne vont pas impacter les Législatives. «Nous avons l’habitude d’être tous ensemble devant l’heure de vérité. Ce qui a fait que nous avons gagné toutes les élections auxquelles nous avons pris part. (…) Nous avons suffisamment de capacité en interne pour juguler toutes ces dissensions», a-t-il déclaré.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here