PARTAGER

Le ministère ghanéen de la Jeunesse et des sports a répondu à la menace de la Fifa de suspendre le Ghana de toutes activités internationales liées au football et l’a invité à poursuivre ses engagements en vue d’explorer une voie mutuellement et acceptable pour résoudre la crise qui est née au sein de la Fédération ghanéenne de football (Gfa).

Le gouvernement ghanéen, dans sa réponse à la Fifa qui a brandit une menace de suspension, a déclaré que de nouvelles discussions sont nécessaires pour trouver un équilibre entre la lutte contre le comportement criminel et les lois de la Fifa ayant trait à l’ingérence dans le football dans chacun de ses Etats membres.
La lettre signée par le ministre des Sports, Isaac Asiamah, fait remarquer que «…Compte tenu de la nature empirique et écrasante des preuves de corruption généralisée, de trucages et d’autres formes d’illégalité à tous les niveaux à la Fédération du Ghana, le gouvernement ghanéen n’a d’autre choix que de recourir aux lois du Ghana pour mettre un terme aux opérations de la Gfa».
Après avoir statué sur ce point, le gouvernement a fait une mise au point en rappelant que «le Ghana reconnaît le mandat de la Fifa pour administrer le football à l’échelle mondiale. Le gouvernement du Ghana n’est pas intéressé par une ingérence dans l’administration du football au Ghana».
En réaffirmant son désir mais aussi celui de la Fifa de lutter contre la corruption, le gouvernement a déclaré : «Nous comprenons que la Fifa reste déterminée à purger l’administration du football au Ghana de la corruption et des comportements criminels connexes, objectif qui est conforme à celui du gouvernement du Ghana.» Il n’a pas manqué de rappeler à la Fifa que la Gfa est enregistrée en tant que société en vertu des lois du Ghana lesquelles interdisent qu’une société opère à des fins illégales.
La réaction du Ghana est la réponse à la menace de la Fifa de suspendre le pays de toutes activités si une action en justice n’est pas initiée par le gouvernement ghanéen avant le 27 août 2018 pour mettre un terme à son désir de dissoudre la Gfa.
La réponse du Ghana et surtout son invitation à la Fifa à discuter du problème qui est née vont-t-elles être favorablement accueil­lies ? On attend de savoir la réaction de l’instance mondiale.
Koaci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here