PARTAGER
Abdoulaye Wade, sg du Pds.

Beaucoup attendaient la réaction du Pds depuis que Rewmi et son leader, mais aussi Oumar Sarr et Cie ont rejoint la majorité présidentielle. Abdoulaye Wade et ses hommes y voient une coalition «politicienne» de Macky Sall, constituée «spécialement pour imposer aux Sénégalais un 3ème mandat».

Enfin, le Parti démocratique sénégalais parle ! Sa réaction était en effet épiée depuis la formation du gouvernement dit «d’ouverture» qui a consacré l’entrée de leurs ex-camarades dont Oumar Sarr. Dans une déclaration, le parti de Abdou­laye Wade, «sans surprise, en prend acte». Mais les Libéraux, ceux du Pds, constatent que cette «coalition politicienne, fruit de négociations secrètes, guidées par des intérêts personnels, est aux antipodes des préoccupations de nos compatriotes». Le porte-parole du Pds, Tafsir Thioye, souligne qu’«en avouant publiquement qu’il discutait depuis plusieurs mois dans l’opacité la plus totale avec Macky Sall, un membre de la nouvelle alliance présidentielle a fait la preuve que le dialogue politique national était une vaste tromperie destinée à détourner l’attention des Séné­galais». Allusion au leader de Rewmi, Idrissa Seck, qui a fait cette déclaration chez lui quelques heures après sa nomination à la présidence du Conseil économique, social et environnemental (Cese). Abdou­laye Wade et ses hommes estiment également que cette «équipe de circonstance» est «constituée spécialement en vue d’imposer aux Séné­galais un éventuel troisième mandat». A leurs yeux, ce nouveau gouvernement «se résume en réalité à des marchandages politiciens et n’est assurément pas à la hauteur des immenses défis auxquels notre pays est confronté». Pour ce parti de l’opposition, les priorités doivent être, entre autres, «le respect des engagements du Président vis-à-vis du Peuple sénégalais quant à une justice indépendante et équitable», «une transparence dans la gestion du processus électoral et un respect des droits de l’ensemble des acteurs politiques», «une prise en charge réelle et efficace de la question de l’émigration clandestine qui décime dangereusement notre valeureuse jeunesse».

Appel à un «large front commun» contre Macky
Le Pds, «fidèle à sa vocation de rassembleur, tend la main» à tous ceux qui ont pour seule ambition de «se mettre au service du Sénégal», ceux qui sont «soucieux de la restauration de notre démocratie, du respect, de la défense et de la promotion des libertés». Il les invite à le rejoindre dans un «large front commun pour faire face aux dérives incessantes et intolérables du régime et pour que le fichier électoral, le Code électoral et ses textes subséquents garantissent le plein exercice de la démocratie». A ce propos, le Pds réitère son opposition à la nomination au ministère de l’Intérieur d’un «magistrat aux ordres, qui a abandonné depuis longtemps tout sens du devoir d’impartialité». C’est Antoine Diome qui était le Procureur spécial adjoint dans l’affaire Karim Wade, condamné à 5 ans de prison ferme et à une amende de 138 milliards de F Cfa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here