PARTAGER

Les démons de la violence se sont encore réveillés à Saint-Louis. Après la mort d’un jeune pêcheur Sénégalais tué par les garde-côtes mauritaniens qui ont aussi blessé un autre et arrêté sept des leurs, les populations du quartier des pêcheurs de Guet-Ndar ont déversé leur colère hier dans les rues. Elles ont violemment manifesté, vandalisant plusieurs boutiques appartenant à des Mauritaniens et brûlé quatre voitures. L’intervention de la police n’a pas pu calmer les esprits.

C’est vers 11 heures que les heurts ont commencé lorsque plusieurs centaines de jeunes du quartier de Guet-Ndar ont investi les rues pour manifester leur courroux, après la mort tragique d’un des leurs qui aurait été tué après avoir été atteint d’une balle par les garde-côtes de la République de Mauritanie qui traquaient la pirogue dans laquelle il avait embarqué avec plusieurs de ses camarades. Ces jeunes ont brûlé des boutiques à Ndar-Toute et à Goxu Mbacc situés dans la même zone que le quartier de Guet-Ndar, avant de se rendre au centre-ville où ils ont saccagé l’une des plus grandes boutiques tenues par des ressortissants mauritaniens. Ce sont plusieurs dizaines de millions de francs Cfa qui sont partis en fumée, car dans certaines de ces boutiques il y avait du matériel de pêche souvent d’une très grande valeur en plus des autres denrées alimentaires emportées par des manifestants. Ces derniers ont aussi brûlé trois voitures de particuliers et un bus Tata.
Face à cette situation devenue intenable, la police a tiré des grenades lacrymogènes pour disperser la foule, mais en vain. Fina­lement, les choses se sont calmées après que le gouverneur de la région, Alioune Aïdara Niang, a reçu les porte-parole des manifestants pour échanger avec eux. Le chef de l’exécutif régional a, après cet entretien, dit sa frustration. Il a même défendu les pêcheurs, même s’il dit ne pas cautionner leur attitude. «Ils ont été touchés dans leur chair. C’est la deuxième fois en moins d’un an que les garde-côtes mauritaniens tirent sur les pêcheurs guet-ndariens désarmés. Ils en ont ras-le-bol. Ils en ont marre», a pesté le gouverneur qui a ajouté «qu’il faut que nos voisins sachent qu’ils n’ont pas affaire à des moutons ou des agneaux».
Ces manifestations rappellent les douloureux évènements qui ont opposé Sénégalais et Mauritaniens en 1989 et qui avaient occasionné la mort de plusieurs personnes dans les deux pays, suite à une série d’émeutes et le rapatriement de plusieurs centaines de milliers de Sénégalais de la Mauritanie.
cndiongue@lequotidien.sn   

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here