PARTAGER

La forte présence médiatique et dans les réseaux sociaux a des conséquences parfois fâcheuses. Hier c’était Idrissa Seck, Ousmane Sonko semble avoir pris le relai. Et là, le leader de Pastef a passé le «fusil» au pouvoir et au Pds.

«Ce qui se passe au Sénégal est inadmissible. Nos politiciens sont des criminels. Rassembler tous ceux qui ont eu à nous diriger jusqu’ici et les fusiller ne serait pas un péché. Excusez-moi du terme, mais ce sont des criminels (…)». Et «tous ceux qui ont eu à nous diriger» c’est Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et aujourd’hui Macky Sall. Et évidemment, le leader de Pastef a comme passé le fusil au pouvoir pour se faire fusiller. Le porte-parole de l’Apr, Seydou Guèye, a dégainé hier sur Rfm : «Ousmane Sonko a utilisé le jargon habituel du terrorisme et du jihadisme.» Un saut dans l’ambiance créée par Ahmed Khalifa Niass qui accuse Sonko d’être un membre de Daesh.

Le Pds, l’autre front
Mais cette fois-ci, le leader de Pastef a ouvert un autre front en n’épargnant pas Abdoulaye Wade. Et naturellement, le Parti démocratique sénégalais ne pouvait pas ne pas s’en émouvoir. «Sonko doit savoir que ses aînés ont autant de mérite sinon plus que lui. Il n’est pas le premier à être renvoyé de l’Administration pour un combat politique assumé. Trop c’est trop ! Nous ne nous laisserons pas lyncher sans raison et sans réaction», a dit Babacar Gaye, porte-parole du Pds dans un post sur sa page Facebook, repris par Senego.com.
Le tir est trop cadré pour ne pas faire tilt dans l’opinion, car c’est une bataille de l’opinion qui se joue là dans ce registre de «terrorisme». Alors, Sonko n’a pas d’autre choix que de rectifier le tir. Il ne nie pas la vidéo ni les propos, mais précise qu’elle date de longtemps. Mais il n’y a pas de temps pour riposter. Tout est question d’opportunité et d’occasion pour atteindre l’adversaire.

Le revers des réseaux sociaux
Les armes conventionnelles, ce n’est pas pour la politique. «Mon objectif n’a jamais été de dire qu’il faut fusiller qui que ce soit comme ils veulent le faire croire aux populations qui ne permettront pas les manipulations. Vous savez, un acteur politique (Souleymane Ndéné Ndiaye, Ndlr) a dit qu’il faut pendre et fusiller les transhumants. Et ça n’a pas créé autant d’émoi. Ce n’était pas dans le fond, mais c’était pour montrer la gravité des crimes économiques engendrés par nos anciens chefs d’Etat. J’ai beaucoup d’admiration pour Me Abdoulaye Wade», tente-t-il de justifier. Et c’est justement ce froid qu’il ne souhaiterait pas avoir avec surtout le premier de l’opposition, le Pds. Ce n’est pas pour rien qu’il avait rendu visite à Wade au lendemain des Législatives de juillet 2017.
Il faut dire que Sonko a été victime des réseaux sociaux sur lesquels il compte beaucoup pour sa communication. Au point que même le Premier ministre Boun Abdallah Dionne l’avait mis dans le lot des «enfants Facebook». Depuis son coup de com’ sur la promotion de son livre-vision le 16 septembre dernier, il a pris un autre élan dans l’opinion. Mais aujourd’hui, c’est aussi par une courte vidéo sur YouTube qu’il prend un sacré coup. S’en remettra-t-il comme Idrissa Seck ?

Sonko comme Idy
En mai dernier, Idrissa Seck s’était mis à dos une bonne partie de l’opinion avec sa fameuse vidéo. Le leader de Rewmi, malgré des précisions, avait provoqué un tollé, amenant même des chefs religieux à sortir de leur réserve pour sonner la réplique. Et le pouvoir avait observé le silence pour ne pas être accusé d’être derrière le «Idy bashing». C’est qu’il avait déjà des répondeurs et pas des moindres. Puisque même le khalife général des Tidianes s’y était mis. Pourtant, en ce moment, Idy s’était positionné comme le véritable challenger du Président sortant. Il lui fallait sortir de cette image ternie et reprendre du poil de la bête. C’est ainsi qu’il trouvera «refuge» à Touba où il a déclaré officiellement sa «mouridité».
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here