PARTAGER

BABACAR-GAYE-PDSBabacar Gaye, porte-parole du Pds : «Me Wade m’a chargé de dire à Y en a marre qu’il a toute sa sympathie»
«Je suis monté sur le podium du Peuple sénégalais qui s’est retrouvé ici sur invitation du mouvement Y en a marre pour parler de ses préoccupations et alerter sur les dérives qui guettent notre République et notre démocratie. Vous  le savez autant que moi, une administration sélective de la justice, une instrumentalisation de la magistrature rien que pour combattre des leaders politiques ou des opposants. Une gestion «gabegique» et clanique de nos ressources publi­ques, une confiscation des libertés publiques et un danger sur le processus électoral. Nous sommes, en tant que parti politique, des citoyens comme tout le monde. Nous sommes de surcroît des Démocrates, les précurseurs de la démocratie dans ce pays et avons contribué à la libération du Peuple (…). Pour toutes ces raisons, nous avons notre place ici à côté des forces démocratiques, du mouvement Y en a marre, de tous les citoyens qui sont prêts aujourd’hui à combattre le régime de Macky Sall qui a crée autant de problèmes et qui continue encore à en créer. C’est pourquoi chaque fois qu’une organisation politique, citoyenne et des droits de l’Homme organisera une manifestation ici, Babacar Gaye et son parti seront présents parce que c’est cela l’enseignement du Président Abdoulaye Wade. Donc, je suis monté sur le podium pour transmettre le message de Me Wade qui m’avait chargé de dire au mouvement Y en a marre qu’il a toute sa sympathie, tout son soutien et sa solidarité.»

adama-gaye_1874Me Mame Adama Guèye, Avenir Senegaal binu bëgg : «La dynamique citoyenne est toujours en vigueur»
«Un sentiment de satisfaction parce qu’à chaque fois que la démocratie est mise à mal, il est très important que les citoyens se mobilisent. Ce premier jalon est très encourageant. Cela montre que la dynamique citoyenne qui a entraîné toutes les mutations positives dans notre société est toujours en vigueur. Il faut que les citoyens sachent que le sort de la démocratie est entre leurs mains. Ce n’est pas une affaire de politique, mais de tous les citoyens (…). Evidemment qu’il y a un gâchis parce qu’à chaque fois qu’on se mobilise et qu’on a un résultat, on se rend compte qu’après, on retourne dans les mêmes travers. On était ici en 2011-2012 pour avoir un résultat. On s’est battu contre Abdoulaye Wade, contre les dérives antidémocratiques. Mainte­nant, les gens avec qui on était sur cette place sont aujourd’hui au Palais. La coïncidence succulente, c’est que ceux contre qui on se battait sont à nos côtés aujourd’hui. Ce qui montre la permanence pour la démocratie (…). Depuis 20 ans, je donne mon avis sur la justice. Y en a marre ne fait que confirmer ce que j’ai toujours dit, c’est-à-dire que la justice a des problèmes. Dès lors qu’il y a une crise de confiance entre la justice et les citoyens, il y a un problème parce que la justice est censée être rendue au nom du Peuple. Quand ce dernier ne se reconnaît pas dans ce que la justice fait, il y a un problème. Et aujourd’hui, cette crise de confiance existe et est persistante.»

Ousmane-SONKOOusmane Sonko, leader de Pastef : «Que Macky Sall arrête d’instrumentaliser sa justice !»
«Au-delà de Y en a marre, les questions soulevées préoccupent tous les Sénégalais. Evidemment que ce pays-là, depuis 4 ans que Macky Sall a été élu, nous voyons tous un recul démocratique extraordinaire. Jamais dans l’histoire de ce pays, même de l’époque peut-être de la clandestinité, on avait autant instrumentalisé l’Etat, l’administration, la justice, les renseignements généraux pour traquer des opposants, attaquer les gens dans leur vie privée, dans leur travail, emprisonner à tort et à travers. Jamais dans l’histoire de ce pays, on avait vu un régime trahir l’espoir que le Peuple fondait en lui. Rappelez-vous qu’ils étaient arrivés avec des slogans de sobre et vertueux. Et depuis 4 ans, on n’a jamais enregistré autant de scandales dans le secteur minier, dans le secteur pétrolier, dans la gestion des marchés publics, dans la gestion clanique et familiale du pouvoir. Ce pays est en danger. Et j’ose espérer que cette manifestation n’est que le premier acte d’une série à travers tout le pays (…). Que Macky Sall arrête d’instrumentaliser sa justice, qu’il arrête d’instrumentaliser son administration, la police, les renseignements généraux pour traquer les opposants, les voix divergentes !»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here