PARTAGER

Macky Sall, président de la République : «Un allié éminent et loyal, un des plus grands serviteurs de la République»
«Le président de la Répu­blique, Son Excellence Macky Sall, a le regret et la profonde douleur d’annoncer à la Nation tout entière le rappel à Dieu, ce lundi 15 juillet 2019, de Mon­sieur Ousmane Tanor Dieng, président du Haut conseil des collectivités territoriales, secrétaire général du Parti socialiste. En cette douloureuse circonstance, le chef de l’Etat présente, au nom de la Nation, ses condoléances émues à sa famille éplorée, à tous les militants et responsables du Parti socialiste, aux membres du Haut conseil des collectivités territoriales, à l’ensemble des membres des institutions de la République. Le Sénégal vient ainsi de perdre un homme d’Etat d’une dimension exceptionnelle, un digne fils de la République dont le parcours constitue un exemple d’abnégation et un modèle d’engagement patriotique. Avec la disparition du président Ousmane Tanor Dieng, le Président Macky Sall, la coalition Benno bokk yaakaar, le Parti socialiste et la République viennent de perdre un allié éminent et loyal, un grand militant du Sénégal, et la République un de ses plus grand serviteurs.»

Idrissa Seck, président du Rewmi : «Sa timidité était très souvent interprétée comme de la froideur, mais c’était de la discrétion»
«Je suis extrêmement ému comme le sont sans doute la plupart des Sénégalais qui l’ont connu. J’ai perdu un grand frère. J’ai perdu un ami. Et ce ne sont pas que des mots de circonstance. J’ai vécu avec lui toutes les configurations possibles : lui au pouvoir, moi dans l’opposition ; moi au pouvoir, lui dans l’opposition ; ensemble au pouvoir, soit sous forme de gouvernement de majorité élargie sous Diouf soit dans Benno bokk yaakaar pendant un an. Nous avons perdu un très grand homme d’Etat, un grand diplomate qui a rendu de très grands services au Sénégal dans une discrétion presque timide. C’était un homme réservé et sa timidité était très souvent interprétée comme de la froideur ou de la distance, mais c’était de la discrétion et de la pudeur.»

Moustapha Niasse, secrétaire général de l’Afp : «Il a mené des combats avec ses convictions qu’il faut respecter»
«Ousmane Tanor Dieng aimait son pays. Il a mené des combats avec ses convictions qu’il faut respecter, qu’il faut saluer. Ensemble, prions et, dans la prière, mettons en avant l’espérance, car la bonté de Dieu est infinie. Nous sommes tristes. Nous avons été frappés par cette nouvelle. Nous savions tous qu’il souffrait, que sa santé s’était détériorée, mais nous espérions qu’il nous reviendrait au Sénégal. Mobilisons-nous en un seul Peuple, en une seule Nation. Dieu donne la vie et la reprend, la mort est la jumelle de la vie sur la terre des hommes. Prions pour l’homme, le leader, le père de famille, le patriote qu’il était !»

Serigne Mbaye Thiam, chargé des Elections au Ps : «Il s’est détourné de ses responsabilités internationales pour se consacrer au parti»
«C’est une grande perte, d’abord pour sa famille. Ousmane Tanor Dieng s’est détourné de toute responsabilité qu’il pouvait avoir sur le plan international, après la perte du pouvoir en 2000, pour se consacrer corps et âme au Parti socialiste. Je voudrais m’adresser aux responsables du parti, aux militants, pour dire que là où ils peuvent avoir la force de supporter la douleur que nous avons aujourd’hui, c’est seulement dans la foi en Dieu. Ousmane Tanor Dieng était une personne qui ne trichait pas dans ses relations humaines.»

Karim Wade, responsable du Pds : «J’espère que Khalifa Sall pourra, en homme libre, aller se recueillir devant la dépouille de son compagnon de combat»
«Je viens d’apprendre avec une immense tristesse le décès brutal de M. Ousmane Tanor Dieng, président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) et secrétaire général du Parti socialiste. Je mesure la perte que cette disparition représente pour sa famille politique et pour le Sénégal tout entier. Acteur majeur de l’histoire politique de notre pays depuis plus de 30 ans, Ousmane Tanor Dieng a fortement contribué, par sa modération et son esprit républicain, à la consolidation d’une démocratie apaisée au Sénégal. En dépit de nos divergences politiques, j’ai pu personnellement apprécier, à chacune de nos rencontres, son dévouement remarquable au service public qu’il a loyalement servi jusqu’à son dernier souffle. Je garderai de lui le souvenir d’un homme courtois, humble, mais intransigeant dans la défense de ses convictions socialistes. En ces moments éprouvants, j’ai une pensée particulière pour mon frère Khalifa Sall dont je mesure la douleur. J’espère qu’il pourra, en homme libre, aller se recueillir devant la dépouille de son compagnon de combat. Je tiens à exprimer à sa famille et au Parti socialiste mes condoléances les plus sincères et mes sentiments de compassion.»

Aminata Touré, présidente du Cese : «Une grande perte pour la République et pour notre coalition Bby»
«C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le rappel à Dieu du président du Haut conseil des collectivités territoriales, secrétaire général du Parti socialiste, Monsieur Ousmane Tanor Dieng, un grand commis de l’Etat, un acteur politique engagé et un fidèle allié du président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall. C’est une grande perte pour la République et pour notre coalition Benno bokk yaakaar. A sa famille éplorée, ses camarades de parti et de la coalition, nous présentons nos condoléances attristées.»

Abdoulaye Elimane Kane, Ps : «Organisons-lui des funérailles à la hauteur de ce qu’il a représenté !»
«Je le connais donc très bien et je le considère comme un frère et pour quelqu’un qui a accompli à la tête du Parti socialiste un certain nombre d’actes qu’il faut lui reconnaître. Car après la première alternance, il a sauvé ce parti de la disparition. Il l’a tenu à bout de bras avec les autres responsables pendant 12 années d’opposition. C’est un homme qui, avec son caractère, ses mérites, ses défauts et ses limites, a fait ce qu’il pouvait pour servir ce parti. Je regrette simplement qu’au cours des dernières semaines, j’ai perdu tout contact avec lui pour des raisons que je ne voudrais pas étendre aujourd’hui. Mais je voudrais en tout cas exprimer ma sincère tristesse avec la disparition de Ousmane Tanor Dieng. Et j’exprimerai cette tristesse à sa famille biologique et à ses camarades de parti. Prions pour le repos de son âme et organisons à sa mémoire des funérailles à la hauteur de ce qu’il a représenté !»

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here