PARTAGER

Le quartier Keur Cheikh Ibra Fall a abrité jeudi, la cérémonie d’inauguration des réalisations de la phase-pilote et de la phase I du Programme de modernisation des villes du Sénégal (Promoville) à Diourbel. Il s’agit de la réception de 11,63 km de voirie neuve, assainie et éclairée, pour un montant total de 6,319 milliards de francs Cfa.
Par rapport à la part de la commune de Diourbel, le ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale précise que ladite commune a été choisie à cause de son déficit en infrastructure routière moderne de qualité et de sa position stratégique de capitale régionale.
«Dans la première phase du Promoville financée par la Banque africaine de développement (Bad), Diourbel a bénéficié de près de 10 km de voirie couvrant 11 axes. Aujourd’hui, les rues comme Abdoulaye Fall Ndar, Avignon, Djadji Bâ, route de Ndindy, Keur Cheikh Ibra, Boulevards Ndiodione, Champs de course, boulevard Ndayane, Souleymane Samb, Demba Wellé, entre autres, ont donné à la ville un visage attrayant. C’est une grande fierté que l’on constate que toutes les infrastructures réalisées à Diourbel continuent de manière significative à améliorer la mobilité urbaine et les conditions de vie des populations», explique Samba Ndiobène Kâ.
A l’en croire, dans le cadre du renforcement de l’employabilité des jeunes, le Promoville a aussi formé 86 jeunes aux métiers des bâtiments et travaux publics. Par ailleurs, poursuit-il, pour appuyer la collectivité locale dans sa gestion, le programme a mis à sa disposition du matériel informatique complet en vue de l’opérationnalisation d’un système d’information géographique et de la logistique.
L’ex-ministre de l’Elevage et des productions animales rappelle que «la lutte contre les inégalités sociales et les disparités territoriales est au cœur des priorités du gouvernement». A cet effet, le Promoville vise «à améliorer les conditions de vie des populations dans les centres urbains, à travers l’amélioration de la mobilité, le renforcement du réseau d’assainissement des eaux pluviales, de la sécurité des populations urbaines et des capacités des collectivités territoriales. Le Pro­gram­me a commencé par une phase-pilote financée exclusivement par l’Etat du Sénégal à hauteur de 69 milliards de francs Cfa pour la construction de 93 km de voiries assainies, éclairées et aménagées au niveau de 6 régions».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here