PARTAGER

Ifc, membre du groupe de la Banque mondiale et le Fonds d’investissement pour l’agriculture et le commerce en Afrique (Aatif) vont investir dans la Société africaine d’ingrédients (Saf ingrédients) pour financer la construction d’une usine de déshydratation d’oignon au Sénégal. L’usine, qui sera la première en Afrique subsaharienne, va permettre de créer des centaines d’emplois et d’accroître les exportations agricoles du pays.
Ce projet, unique en son genre, implique, selon un communiqué de la Banque mondiale, le démantèlement d’une usine (construite en 2003 et fermée en 2014) près de Dijon, en France et sa réimplantation à Saint-Louis du Sénégal.
Le soutien d’Ifc et de l’Aatif aidera également Saf ingrédients à créer une exploitation de 760 hectares et un vaste réseau de producteurs d’oignon.
A terme, l’usine devrait produire quelque 5 mille tonnes d’oignon déshydraté par an, soit 2% de la production mondiale, dont une partie sera exportée vers l’Europe.
L’investissement de 13 millions d’euros (8 milliards 515 millions de francs Cfa) est composé d’un prêt de 6 millions d’euros de l’Aatif, un prêt d’Ifc pour son propre compte de 3,5 millions d’euros et un prêt concessionnel de 3,5 millions d’euros accordé au titre du mécanisme de financements mixtes du Guichet de promotion du secteur privé de l’Association internationale de développement (Ida).
Selon Magatte Wade et Emmanuel Vallantin Dulac, respectivement Président directeur général et Directeur général de Saf Ingrédients, le soutien d’Ifc et de l’Aatif va permettre de construire la deuxième usine de déshydratation d’oignon d’Afrique en créant des emplois et en offrant un revenu à des milliers d’agriculteurs. «Cela va aussi nous permettre de développer notre activité en Afrique de l’Ouest et de rapprocher le Sénégal des filières agroalimentaires mondiales», ont soutenu Ms. Wade et Dulac.
Cet investissement, affirme son directeur pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, illustre la volonté d’Ifc d’aider les Pme agricoles à accéder plus facilement à des financements, une condition cruciale pour créer des emplois au Sénégal. «Il permettra aussi de relancer la production agricole et de faciliter la reprise économique du Sénégal à la suite de la pandémie du Covid-19», a dit Aliou Maïga.
De son côté, le président du Conseil d’administration de l’Aatif, se félicite de l’impact concret que cet investissement, première opération de l’Aatif en Afrique de l’Ouest francophone, aura sur l’économie sénégalaise. «Avec 100% des approvisionnements réalisés sur place, essentiellement auprès de petits producteurs et de plus gros exploitants, ce projet devrait, en plus de générer des centaines d’emplois, accroître considérablement la création de valeur ajoutée au niveau local. Nous sommes fiers d’y participer», a déclaré Thomas Duve.
Au cours de la dernière décennie, la production d’oignons a fortement augmenté au Sénégal, pour s’établir à environ 400 mille tonnes par an. L’usine utilisera une variété d’oignon adaptée à la déshydratation et offrant de meilleurs rendements.
La poudre d’oignon séché est un ingrédient important dans l’assaisonnement des soupes, des sauces et de nombreux autres mets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here