PARTAGER

Ousmane Sonko candidat à la magistrature suprême sous la bannière de la coalition Sonko Président a fait face au directoire de la Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance (Pfpc) pour décliner son programme et les pistes de résolution de la crise casamançaise

«Nous partageons cette préoccupation qui occupe le cœur de notre programme politique ; et je m’engage, élu, à ne ménager aucun effort pour que la Casamance, comme son palmier, puisse reverdir mais à l’intérieur de la pirogue Sénégal qui voguera allégrement sur les eaux du développement et de la prospérité pour tous ses fils» ! C’est par ces mots qu’Ousmane Sonko le candidat de la coalition Sonko Président s’est engagé à parapher le mémorandum que lui a soumis le directoire de la Pfpc et qui a valeur de serment pour tous les candidats engagés dans la course à la magistrature suprême.
En tant que fils de cette région, le candidat de la coalition Sonko Président estime d’ailleurs, qu’avec les femmes de la plateforme, ils ont tous vécu les mêmes situations et en ont tous pâti pour avoir en un moment ou un autre, perdu des êtres très proches, victimes directes ou indirectes de cette crise qui perdure depuis trop longtemps. Et en tant que candidat à la magistrature suprême, l’ex-inspecteur des impôts et domaines soutient que cette question est aussi importante pour sa coalition.
D’ailleurs Ousmane Sonko est d’avis qu’il faut redéfinir la crise casamançaise qui est en réalité une crise sénégalaise, parce qu’elle n’est pas interne à la Casamance. «On l’aurait appelé crise casamançaise si elle était seulement circonscrite à la Casamance et que ce soit seulement les fils de cette région qui s’entretuent. Beaucoup d’autres Sénégalais d’autres horizons sont à compter dans cette liste macabre de ceux qui ont perdu beaucoup de choses» a soutenu Ousmane Sonko. Pour qui l’impact de cette crise sur le développement socioéconomique du Sénégal est considérable.
Le candidat de la coalition Sonko président est même d’avis que l’un des freins du développement du Sénégal est à chercher dans cette crise. Et c’est certainement une crise africaine ou sous-régionale car elle a pu impliquer directement ou indirectement les Etats voisins qui ont pu être cités comme parties prenantes à la crise, ou alors qui ont pu être impactés par le flux de réfugiés qui se sont installés sur leur territoire du fait de ce conflit.
Sur le rôle et la place de la femme en Casamance, Ousmane Sonko souligne que la femme, qui détient une bonne partie du pouvoir en Casamance a un rôle spécifique et particulier. Et c’est pourquoi devant le directoire de la Pfpc, Ousmane Sonko qui s’est voulu formel, a pris ce ferme engagement : «Si je suis élu président de la République, je n’ai pas à négocier avec mes oncles, mes papas, mes frères qui sont dans la brousse ; je vais les chercher et les sortir de la brousse pour qu’ils reprennent leur place dans la société». Car pour le candidat de Sonko Président, on ne négocie pas la paix avec son frère ou avec son père, c’est un droit. «Et j’aurais le droit, comme vous les femmes vous en avez le droit en vertu du pouvoir qui vous est donné en Casamance, de regarder mes propres parents dans les yeux pour leur dire qu’il est temps qu’ils comprennent, qu’ils sortent et qu’ils retrouvent leur place dans la société, et qu’ensemble nous travaillons à développer la Casamance, le Sénégal et l’Afrique» affirme-t-il.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here