PARTAGER

Le gouvernement du Sénégal, après avoir inauguré la plus grande centrale solaire de l’Afrique de l’Ouest, continue dans sa politique de mix énergétique. Hier, les universités Gaston Berger de Saint-Louis, Alioune Diop de Bambey, Assane Seck de Ziguinchor et l’Ecole polytechnique de Thiès ont reçu chacune une valise pédagogique en énergie solaire photovoltaïque. D’un montant de 7 millions de francs Cfa, ces valises vont permettre de réaliser une large gamme d’expériences allant des fondamentaux de la physique nécessaires pour comprendre le photovoltaïque jusqu’à l’analyse des composants des systèmes photovoltaïques et la conception de systèmes photovoltaïques complexes à l’échelle du laboratoire. Les expériences possibles avec ces valises pédagogiques permettront tout à la fois de former des représentants commerciaux, des techniciens et des installateurs photovoltaïques de même que des ingénieurs. Ces valises solaires pédagogiques sont destinées à l’enseignement pratique dans le programme du Master interuniversitaire en énergies renouvelables.
Financé par le gouvernement fédéral de l’Allemagne, ce master est un composant du Programme d’enseignement supérieur pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (Peseree) qui vient en appui à deux orientations stratégiques majeures du gouvernement sénégalais, à savoir la modernisation du secteur de l’énergie y compris la promotion des énergies renouvelables et la promotion de l’emploi des jeunes. Son objectif est de rendre les cursus et les formations dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique plus pratiques et de les orienter aux besoins du marché du travail.
Pour le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, ces valises pédagogiques vont apporter une plus-value à la formation. «Une société construit son avenir sur une certaine compréhension d’elle-même et du monde qui l’entoure. Autrement dit, la richesse d’une Nation repose sur la profondeur des connaissances que possède sa population et sur la capacité de ses citoyens à développer leur génie dans toutes ses dimensions»,  a dit Malick Sow pour expliquer l’importance de ce partenariat. Avant d’ajouter : «Ainsi, le savoir issu de la recherche et de l’innovation sera la nouvelle richesse des Nations. Son développement, sa transmission, sa circulation et sa mobilisation habitent notre présent et construisent notre avenir.»
Même son de cloche chez Martin Stein du service de coopération et des affaires économiques de l’ambassade d’Allemagne au Sénégal. Il dira : «Les établissements d’enseignement et de formation jouent un rôle clé dans la formation des experts ayant les connaissances et les aptitudes requises, et apportent également une contribution importante aux créations d’entreprises et à l’auto-emploi ainsi qu’à la recherche pratique en vue de la modernisation du secteur de l’énergie.»
Lancé le 24 mai 2016 par Mary Teuw Niane, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, le Peseree est financé par le gouvernement fédéral d’Allemagne à hauteur de 2,8 millions d’euros, soit plus de 1,8 milliard de francs Cfa. Il est mis en œuvre par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche en partenariat avec Giz, l’Agence de coopération de l’Allemagne.
D’ailleurs, Martin Stein informe que «des fonds supplémentaires s’élevant à 1 million d’euros ont été accordés au Peseree pour confier à Giz la mise en œuvre des activités complémentaires s’appuyant sur les nouvelles technologies de l’information et de communication – des activités qui vont sans doute contribuer à la réalisation des objectifs du Peseree et à la pérennisation des résultats».
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here