PARTAGER

A près de 5 mois de la Présidentielle, les organisations de la Société civile invite les acteurs politiques à la «retenue». Tout comme elles souhaitent des élections «stables et transparentes».

Après leur réunion du 2 au 3 août dernier au Gorée institute, la Synergie des Organisations de la Société civile sénégalaise (Synosc) a fait face à la presse hier, au Centre de Bopp, sur le processus électoral. Les 27 organisations plaident pour une Présidentielle apaisée. «Après l’adoption de la loi instituant le parrainage intégral, nous avons constaté que le pouvoir et l’opposition sont en désaccord sur le processus électoral. C’est pourquoi, en tant que Société civile, et à l’approche de l’élection présidentielle, nous appelons à une élection transparence et stable dans notre pays», a dit Mazide Ndiaye. La Synosc entend jouer son rôle à fond et prévient les acteurs politiques. «Nous allons combattre tout ce qui peut empêcher le dialogue, tout ce qui peut créer la violence et tout ce qui peut rendre les résultats pas crédibles car c’est notre devoir», ajoute M. Ndiaye.
La Société civile précise, cependant, qu’elle restera «neutre» dans le jeu politique. «Chacun peut voter pour qui il veut mais que cela soit dans la stabilité et la transparence. Quiconque s’attaquera à ces principes, s’attaquera aussi à nous. Et c’est valable aussi bien pour le gouvernement que pour l’opposition. Nous invitons l’ensemble des citoyens à aller voter dans le calme et les hommes politiques à faire preuve de retenue, de dépassement et de tolérance pour préserver les acquis démocratiques», ajoutent les acteurs de la Société civile. La question de la disponibilité des cartes d’identité/d’électeur est aussi une préoccupation pour les citoyens. A ce sujet, la Synosc tente de rassurer. «Beaucoup de cartes seront distribuées à 45 jours des élections, même s’il reste encore 300 000 à éditer», espère-t-on.
Sur les recommandations, la Synosc déclare : «Nous souhaitons que le parrainage trop flou et non consensuel ne soit pas utilisé pour bloquer des candidats ciblés, qu’aucun candidat ne puisse être retenu arbitrairement et qu’aucune disposition légale ou règlementaire ne puisse entrer en vigueur si elle n’est le reflet d’un consensus national.»
Stagiaire

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here