PARTAGER

Les cadres en santé communautaire, sortant de l’Université Alioune Diop de Bambey, ont dénoncé hier leur non-recrutement dans la Fonction publique depuis l’ouverture de la filière à l’Université de Bambey.

Le recrutement des diplômés en santé communautaire dans la Fonction publique, sortant de l’Université Alioune Diop de Bambey (Uadb), demeure une problématique. Il y a environ 3 mille agents qui ont été oubliés par les derniers enrôlements qui ont permis de recruter deux mille agents en 2014 et 2017. Ouverte en 2006, cette filière a mis sur le marché de l’emploi 11 promotions qui cherchent à dégoter un emploi. «C’est 0% de recrutement dans la Fonction publique», évaluent ces diplômés chômeurs qui parlent «d’une injustice notoire». «Le Collectif des cadres, en désespoir de cause, engage le combat pour le recrutement, la création d’un corps d’immersion et le repositionnement de la santé communautaire dans le système de santé sénégalais», explique Serigne Mor Cissé Dione. Il s’exprimait hier en point de presse au siège du Sutsas dont thème est «Pas de couverture sanitaire universelle sans les cadres en santé communautaire».

Les Ong, leur seul employeur
Par contre, une centaine de diplômés en santé communautaire occupent «des responsabilités stratégiques» dans des organisations onusiennes ou des Ong humanitaires. Selon Serigne Dione, il appartient à l’Etat de créer un corps d’immersion, de mettre en place un plan de carrière pour les diplômés issus des universités publiques et de penser à leur intégration dans la Fonction publique. «La santé communautaire, locomotive de la nouvelle politique du ministère de la Santé et de l’action sociale, ne saurait prospérer en se passant de cette catégorie de personnels», souligne-t-il. Il dénonce le jeu de «ping-pong» auquel ses camarades font l’objet dans leurs tentatives de trouver une solution à leurs problèmes. «Quand on va au ministère de la Santé et de l’action sociale, on nous dit que la demande est sur la table du ministre de la Fonction publique alors que ce dernier nous renvoie en soutenant qu’il ne recrute que sur la base d’une expression de besoins des différents ministères», se désole Serigne Dione.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here