PARTAGER

C’est le ballet des chefs d’Etat africain à l’Elysée. Après l’Ivoirien Alassane Dramane Ouattara hier, Macky Sall sera à l’Elysée aujourd’hui. Depuis l’élection de Emmanuel Macron, la diplomatie sénégalaise s’activait en coulisse pour permettre au Président sénégalais de faire partie du premier contingent de dirigeants africains à être reçus par le Français. On parlera économie et sécurité.

Macky Sall sera l’hôte aujour­d’hui de Emmanuel Macron après Alassane Dramane Ouat­tara hier. Bien sûr, le Président sénégalais n’est pas le premier chef d’Etat africain à rencontrer le dirigeant français, ni le premier à avoir reçu les honneurs à l’Elysée. Malgré tout, cette rencontre est considérée comme «importante» par la diplomatie sénégalaise. Elle s’activait dans les coulisses pour que le rendez-vous Macky Sall-Emmanuel Macron, qui s’est rendu au Mali pour son premier voyage en Afrique, soit acquis le «plus tôt possible».
Depuis que le départ de François Hollande a été acté, Mankeur Ndiaye s’activait pour que son patron soit reçu très «tôt» par son successeur. Dès la publication des sondages qui donnaient gagnant Macron, il s’était rapproché de l’entourage du patron d’En marche. Entre-temps, Jean-Yves le Drian avait rejoint le mouvement macroniste. Parrain du Forum Paix et sécurité de Dakar, l’ex-ministre de la Défense de Hollande, qui est devenu ministre des Affaires étrangères de Macron, se révèle être une véritable porte d’entrée pour la diplomatie sénégalaise auprès du mouvement. Nez à nez avec Emmanuel Macron dans un hôtel parisien, Mankeur Ndiaye lui tend son téléphone portable. Et il y avait Macky Sall au bout du fil. Le premier contact officieux est noué à la veille du premier tour de la Présidentielle française.
Les résultats donnent raison aux sondages. Macron est élu au second tour au détriment de Marine le Pen. Mankeur Ndiaye, qui avait multiplié les allers-retours Paris-Dakar, refait un autre voyage en France. Il y passe 5 jours pour tenter de caler un rendez-vous à l’Elysée avant de rallier Riyad où le Président américain, Donald Trump, doit rencontrer les leaders du monde musulman le 21 mai.
L’audience d’aujourd’hui a été rendue possible par le déploiement de la machine diplomatique pour permettre au Prési­dent Sall de rencontrer le «plus tôt possible» Emmanuel Ma­cron. Evidemment, les pourfendeurs de l’axe Paris-Dakar analyseront ce tête-à-tête comme le renforcement d’une relation paternaliste et le maintien de la ligne politique française sur le Sénégal qui prévaut depuis 1960. En attendant le changement de cap, la France est le premier pays partenaire du Sénégal dans quasiment tous les domaines. A l’Elysée, les discussions porteront sur les questions sécuritaires, comme la lutte contre le terrorisme, et économiques, comme le confirme l’arrivée récente de Total dans le pétrole sénégalais. Les discussions ne sont pas différentes de celles qui ont eu lieu hier entre Macron et ADO. Lesquels vont «renforcer dans les prochaines semaines, de manière concrète, leur partenariat militaire et dans le renseignement» pour «gagner la bataille contre le terrorisme», a annoncé dimanche 11 juin Emmanuel Macron à Rfi après avoir reçu son homologue ivoirien Alassane Dramane Ouattara.

La politique africaine du Président Macron
A travers ces deux rencontres, Emmanuel Macron pose les premiers jalons d’une politique africaine qu’il veut renouveler en l’inscrivant dans un grand partenariat entre Europe, Afrique et Méditerranée. Il effectuera une visite de deux jours au Maroc mercredi et jeudi avant de participer au sommet G5 Sahel, début juillet, pour mieux coordonner la lutte contre le terrorisme avec les cinq pays concernés (Mauri­tanie, Niger, Mali, Tchad et Burkina Faso), et au sommet Ue-Afrique qui se tiendra fin novembre 2017 en Côte d’Ivoire, an­nonce Rfi.
bsakho@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here