PARTAGER

Gerard Piqué a réaffirmé dimanche, sa volonté de poursuivre sa carrière internationale malgré son soutien affiché aux partisans du référendum pour l’autodétermination de la Catalogne.

En pleurs après la rencontre disputée à huis clos contre Las Palmas (3-0) au Camp Nou, Gerard Piqué a avoué avoir vécu la «pire expérience» de sa carrière dimanche, après une journée de chaos en Catalogne autour du référendum sur l’autodétermination. Au moins 91 personnes ont été blessées dans des heurts avec la police. «Quand on vote, on peut voter oui, non ou blanc, mais on vote, a réagi Piqué, qui avait déposé son bulletin dans l’urne dans la matinée. Dans ce pays, pendant de nombreuses années, on a vécu sous le franquisme (dictature entre 1939 et 1975, Ndlr), les gens ne pouvaient pas voter et c’est un droit que nous devons défendre. Je suis catalan, je me sens catalan et c’est pour ça qu’aujourd’hui plus que jamais, je me sens fier des gens de Catalogne.»

Piqué ne veut pas quitter la sélection
Le défenseur international espagnol (30 ans, 91 sél.) a expliqué en zone mixte que les joueurs avaient décidé de disputer le match après que leur direction a essayé en vain d’obtenir son report auprès de la Ligue. Champion du monde (2010) et d’Europe (2012) avec la Roja, il a réaffirmé au passage que sa position favorable au «droit à décider» de la Catalogne était compatible avec le fait de porter le maillot de l’Espagne. «Je crois que je peux continuer à aller en sélection parce qu’il y a beaucoup de gens en Espagne qui sont en total désaccord avec les faits qui se sont produits (dimanche) en Catalogne et qui croient vraiment en la démocratie, a asséné Piqué, qui a prévu de prendre sa retraite internationale après le Mondial 2018. Si le sélectionneur ou toute autre personne de la Fédération pense que je suis un problème ou que je gêne, je n’aurais pas de problème à faire un pas de côté et à quitter la sélection avant 2018.»
Avec Lequipe.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here