PARTAGER

L’Assemblée nationale, en partenariat avec le ministère des Finances et du budget et l’Ecole nationale d’administration (Ena), a réuni les députés ce week-end à Saly, afin de les sensibiliser davantage sur les six directives de l’Uemoa. En effet, ce nouveau cadre harmonisé des finances du Sénégal sera mis en application à partir de 2020.

Dans quelques mois, le Sénégal devrait basculer dans la mise en œuvre de l’ensemble des directives de l’Uemoa. Les conditions requises pour l’application de cette réforme des finances publi­ques semblent réunies. Cons­ciente de cela, l’Assemblée nationale a organisé ce week-end, à Saly, une session de renforcement de capacités à l’intention des députés, afin de leur permettre de mieux comprendre le passage du budget en mode programme.
«Cette formation permet aux députés de s’approprier le concept budget-programme», se réjouit la 2e vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mme Awa Guèye. Qui rappelle qu’avec «la modification du Règlement intérieur de l’Assemblée natio­nale, la Commission des finan­ces et de l’économie générale sera scindée en deux structures, afin de pouvoir jeter un coup d’œil sur les budgets de tous les ministères. Donc, la familiarisation des parlementaires avec les nouvelles réformes initiées dans le cadre harmonisé des finances publiques de l’Union écono­mique et monétaire ouest-africaine est devenu aujourd’hui, une nécessité. Il s’agit notamment de la Directive n°6-2009 de l’Uemoa, qui a été votée le 8 juillet 2011 et portant loi de finances dans l’espace l’Uemoa». Elle indique aussi qu’après «le référendum de mars 2016, l’Assemblé nationale a de nouvelles compétences relatives à l’évaluation des politiques publiques et le budget-programme, qui offre beaucoup plus de lisibilité, doit permettre aux députés de pouvoir évaluer l’utilité, l’efficacité et l’efficience des politiques publiques».
Pour la présidente de la Commission de l’économie générale, des finances, du budget et de la coopération, Dié Man­diaye Bâ, «l’élaboration du budget requiert désormais un ensemble de technicité et de rigueur dont les documents de programmation et les mécanismes de conception nécessitent plus d’exigence». «Nous avions un budget-moyen et les modalités de votation d’un budget-moyen ne sont pas les mêmes que celles d’un budget-programme. Le budget-programme vise les résultats, la performance, la transparence et la sincérité. Donc, il est important que les députés soient informés de ce changement de paradigme», a déclaré la présidente Dié Mandiaye Bâ.
Après avoir internalisé toutes les six directives de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, le Sénégal avait cinq ans pour appliquer leur mise en œuvre. Mais compte tenu de quelques imperfections qu’il fallait corriger, ce délai a été différé à 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here