PARTAGER

Comme révélé par la presse américaine, mercredi, la commission des «partenaires» de la Fifa a adopté des recommandations visant à réformer le marché des transferts avec l’objectif de «protéger l’intégrité du système et prévenir les abus». L’instance prône ainsi l’introduction de plafonds sur les commissions d’agents et une limite du nombre de prêts de joueurs. Dans le détail, la Fifa envisage de limiter les commissions des agents du club vendeur à 10 % du montant du transfert, celle de l’agent du joueur à 3 % de sa rémunération, et celle de l’agent du club acheteur à 3 % de la même rémunération du joueur. Il serait interdit à ces mêmes agents d’être rémunérés par les deux parties «pour éviter les conflits d’intérêts». Il est également envisagé de réintroduire une licence obligatoire pour les agents, un système que la Fifa avait abandonné en 2015 mais que la France avait maintenu. Le paiement des commissions serait en outre centralisé par la Fifa elle-même, à travers une chambre de compensation.

Huit prêts maximum dès la saison prochaine
En matière de prêts, le Comité exécutif de la Fifa entend «prévenir la thésaurisation des joueurs et veiller à ce que les prêts aient un but sportif valable pour le développement des jeunes plutôt qu’à des fins commerciales». Sont visés par cette formule les clubs qui, à l’image de Chelsea ou Manchester City, stockent les talents et en privent ainsi la concurrence. A partir de la saison prochaine (2020-2021), le nombre de prêts internationaux de joueurs de 22 ans et plus serait limité à huit puis, deux ans plus tard (2022-2023) à six. Ces mesures doivent encore être adoptées par le Conseil de la Fifa dont la prochaine réunion est programmée le 24 octobre à Shanghai avant d’entrer en vigueur lors de la saison 2020-2021.

Lequipe.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here