PARTAGER

Les autorités mettent le turbo pour achever le pont de Niambalang qui est un ouvrage névralgique dans la région de Ziguinchor. Il y a deux ans, il avait subi une agression d’éléments armés qui a affecté une partie de l’ouvrage. Dans le cadre de la réhabilitation de ces parties endommagées, l’Etat du Sénégal a engagé l’entreprise Arezki, à travers l’Agence des travaux et de gestion des routes (Ageroute), pour procéder à cette réhabilitation. Ces travaux ont provoqué l’arrêt total du trafic au niveau du pont de Niambalang et une rupture de la circulation des biens et des personnes entre le département d’Oussouye et le reste de la région de Ziguinchor. Pour éviter cet isolement continu du département d’Oussouye, l’Armée a été mise à contribution pour mettre en place un moyen de franchissement qu’est le «Ribbon Bridge ». Un concours du génie militaire qui vient illustrer à nouveau la vitalité du concept «Armée/Nation» dans la région de Ziguinchor et qui a été magnifié au cours d’une cérémonie présidée par le gouverneur de la région de Ziguinchor. Accompagné d’une forte délégation comprenant les autorités administratives et locales, les Forces de défense et de sécurité ainsi que les opérateurs économiques et hôteliers de la région, il a procédé au lancement de la mise en œuvre de la portière «Ribbon Bridge» au niveau du pont de Niambalang. «Un moyen de transport qui a permis le passage, dès le premier jour de sa mise en circulation, de 150 véhicules, des centaines de motos et des milliers de personnes. Toute chose qui a permis le maintien de la continuité du trafic sur l’axe Ziguinchor-Ous­souye des personnes et des biens, et d’assurer la continuité territoriale de la région de Ziguinchor au niveau de cette partie du pays», se félicite Guedj Diouf. Cette réalisation de l’Armée nationale, qui a mis toute son énergie pour faciliter le trafic au niveau de cet axe routier, va limiter les conséquences sur le plan économique et social.
Cette réhabilitation d’un coût de 1,4 milliard, selon le représentant de l’Ageroute, Moustapha Fall, sera achevée en décembre prochain. «Ce sera un ouvrage qui sera à nouveau tout neuf», dit-il. En écho, le maire de Nyassia a plaidé pour l’accélération des travaux. «Car ce pont constitue un trait d’union entre les départements de Ziguinchor et d’Oussouye avec un trafic quotidien très dense à ce niveau. Avec le ‘’Ribbon Bridge’’ les gens perdent quand même beaucoup de temps avec un impact économique certain pour les usagers», se désole Mamadou Diallo, qui espère que les délais de réception du pont seront respectés.
Par ailleurs, la réhabilitation des ponts de Baïla et Diouloulou fait aussi partie des doléances des populations de Ziguinchor. «Malheureusement, tant que les engins ne sont pas sur le site, on a l’impression que les travaux n’ont pas encore démarré, alors que ceux-ci ont été entamés à travers les études, le sondage. Il reste aujourd’hui la fabrication du matériel qui sera ensuite acheminé au niveau de la région pour la réhabilitation de ces ponts en deux voies», rassure Guedj Diouf.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here