PARTAGER

Le maire de Dakar et ses co-inculpés n’ont pas eu la même baraka que Bamba Fall et Cie. La Chambre d’accusation a confirmé hier la décision rendue par le juge d’instruction, en rejetant sa demande de mise en liberté provisoire introduite par ses avocats. Selon Me El Mamadou Ndiaye, l’option de la caution a été agitée par le juge, mais la défense a refusé. «On est en matière de détournement présumé de deniers publics. Et pour un tel délit, la loi exige soit la caution, soit le remboursement, soit des contestations sérieuses. Et comme nous l’avons dit depuis le départ, Khalifa ne peut pas cautionner et ne peut pas rembourser parce qu’il n’a pas pris. Donc, c’est sur la base de contestations sérieuses que nous avons estimé devoir introduire cette demande de mise en liberté provisoire», a dit l’avocat de la défense. Il rappelle pourtant que «c’est sur la base des mêmes contestations que les deux percepteurs ont été libérés». Ce qui dénote «une rupture de l’égalité des citoyens devant la loi». Les avocats de Khalifa Sall insistent sur le caractère «purement politique» du dossier et affirment qu’«ils veulent le maintenir en prison le temps des élections».
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here