PARTAGER

Le président de la République n’a plus aucune contrainte juridique s’il veut gracier Khalifa Sall. La Cour suprême lui a balisé la voie en rejetant l’ultime recours de l’ex-maire de Dakar.

Sa voix hésitante n’augurait rien de bon pour les partisans de Khalifa Sall. Le premier président de la Cour suprême a rejeté hier les 3 rabats d’arrêt formulés par Khalifa Sall, Yaya Bodian et la Ville de Dakar. Une décision qui marque la fin d’un feuilleton politico-judiciaire qui aura duré plus de 2 ans. «Vous savez pertinemment que le droit n’a pas été dit du début jusqu’à la fin de cette affaire», a hurlé de colère un «Khalifiste» sous le regard étonnamment indifférent des gendarmes proposés à la sécurité. Alors que la salle se vidait de ses occupants, le juge Mamadou Badio Camara précise, dans le concert de murmures de désapprobation, que l’arrêt sera remis aux parties concernées dans un délai d’un mois. Dépitée, Me Borso Pouye, seule avocate de la défense présente, quitte la salle sans réaction. Sans broncher, Soham El Wardini l’imite.
Les avocats de Khalifa Sall se sont bien gardés d’annoncer un recours devant la Cour de justice de la Cedeao. Est-ce pour préparer le terrain à une grâce présidentielle ? Lors de l’ouverture du dialogue national le 28 mai dernier au palais de la République, Macky Sall a rappelé à Soham El Wardini, Idrissa Diallo (présents à la Cour suprême), Cheikh Guèye, entre autres, que le rabat d’arrêt introduit ne lui permettait pas de gracier Khalifa Sall. La procédure judiciaire au niveau national étant définitivement épuisée, le président de la République a désormais les coudées franches pour libérer l’ancien compagnon de lutte de Ousmane Tanor Dieng en prison depuis le 7 mars 2017.
Khalifa Sall est condamné à 5 ans de prison ferme pour «escroquerie portant sur des deniers publics, faux et usage de faux dans des documents administratifs et complicité en faux en écriture de commerce» dans l’affaire dite de la caisse d’avance de la Ville de Dakar, portant sur 1,8 milliard de francs Cfa.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here