PARTAGER

Faire davantage profiter l’Etat et les populations de l’exploitation minière est l’ambition du ministère des Mines et de la géologie pour ne pas rater le train du Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (Pap 2A) lancé par le Président Macky Sall. Le «Forum bilan d’étape du code minier 2016» dont la cérémonie d’ouverture s’est tenue mardi à la Sphère ministérielle entre dans ce cadre.  «On est dans un contexte économique lié à la pandémie du Covid-19 qui nous a fait prendre conscience que le développement endogène est important pour notre pays. Et il s’est agi entre autres de voir comment le secteur minier peut impacter davantage positivement l’économie et les populations en général (…) Vu le contexte avec de Covid-19, il est important que le secteur minier se positionne comme pourvoyeur de recettes», a fait savoir la directrice des Mines et de la géologie, Roseline Mbaye Carlos, en marge de la cérémonie présidée par Mouhammed Boune Abdallah Dionne. «Il s’agit d’évaluer le niveau d’atteinte des objectifs financiers environnementaux et socio-économiques. L’objectif global sera de formuler des recommandations avec une matrice d’actions pertinente concourant à l’amélioration du climat des affaires dans le secteur minier et surtout dans le contexte post Covid-19 que nous vivons à présent», a d’ailleurs précisé le dernier Premier ministre sous Macky dans son allocution d’ouverture, tout en magnifiant les bons points notés dans le secteur. «Le secteur minier a enregistré une hausse importante du nombre d’emplois directs qui est passé en 2012 de 3000 à 8000 en 2018, ce qui est synonyme de dynamisme, mais aussi d’investissement», a-t-il-dit. M. Dionne a aussi relevé l’importance du secteur pour la réussite du Pap 2A. «Aujourd’hui avec le Pap 2A, les mines et la géologie ont un rôle important à jouer dans la relance de l’agriculture, grâce à la production d’engrais attendue de la valorisation de nos ressources en phosphates», a-t-il souligné.
Au programme du Forum, qui se déroule du 12 au 16 octobre pour trouver les questions déterminantes pour relever les défis du secteur, six ateliers thématiques se tiennent.
«L’objectif c’est d’évaluer l’application de la mise en œuvre du Code minier 2016. De manière spécifique, à travers les six ateliers thématiques, on va aborder les fonds de réhabilitation qui ont été institués par le code de 2016, notamment le fonds de réhabilitation, de péréquation et d’appui aux collectivités locales, le fonds d’appui au développement local», a relevé, entre autres axes, pour sa part Mme Carlos. La directrice des Mines et de la géologie a aussi évoqué le paradoxe que vivent certaines communes abritant des sites miniers.   «Nous avons constaté que pour certaines communes, notamment les plus impactées par les activités minières, quand on a fait la répartition, on leur a attribué des montants assez faibles», a-t-elle souligné, imputant ce fait au critère démographique qui a été privilégié dans la clé de répartition. «C’est pour cela que nous avons proposé une modification en rapport avec les ministères con­cer­nés, notamment ceux des Collectivités territoriales et des Finances pour proposer de nouveaux critères qui seront plus favorables aux communes impactées par l’activité minière», a-t-elle poursuivi, assurant qu’un décret en ce sens a été validé en Conseil des ministres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here