PARTAGER

Khalife général de Madina Gounass, Thierno Mamadou Saïdou Bâ est un homme fier et rassuré par l’ampleur qu’a pris le Daaka. L’évènement, qui a débuté samedi et va durer 10 jours, est un grand rendez-vous religieux très attendu.
Par Abdoulaye KAMARA (Correspondant)
Ce n’est pas un hasard si le Daaka de Madina Gounass a atteint ses dimensions physiques, spirituelles et démographiques actuelles. Il y a certes la main de Dieu, mais aussi c’est le témoignage de la dimension mystique de son initiateur, Thierno Mamadou Saïdou Bâ. C’est la conviction du khalife de cette cité religieuse (sud du Sénégal), Thierno Amadou Tidiane Bâ. Très fier de l’initiative de son défunt de père, le khalife tidiane de Gounass, a tenu à faire la présentation du Daaka au gouverneur de la région de Kolda, Ousmane Kane, venu présider, pour la première fois, la cérémonie officielle du démarrage de cette retraite spirituelle qui va durer 10 jours, loin des habitations. Recevant, samedi passé, la délégation officielle dans son salon, d’une voix difficilement audible, l’octogénaire a enseigné : «C’était une brousse hostile à ses débuts. Aujourd’hui, Dieu soit loué. Si vous voyez cette grande affluence de fidèles venant de partout, les dimensions physiques du Daaka et  ses atours, il faut convenir que ce n’est pas un hasard. C’est de la volonté de Dieu. Mais, aussi cela dénote de la dimension religieuse et mystique de son initiateur. Toutes les cités auraient voulu avoir un événement d’une telle dimension, mais c’est Dieu qui décide. Chaque siècle a ses élus de Dieu. »
Le khalife a parlé en témoin et acteur de 76 ans d’histoire de cet événement religieux. D’abord dans les champs où le fondateur de Gounass campait avec ses enfants et talibés ou dans les villages environnants pour des missions d’islamisation ou d’enseignement coranique et religieux et enfin en cet endroit depuis les années 60. Partout et à chaque fois, il fallait user de haches et de coupes-coupes et utiliser du feu de bois ou des lampes-tempêtes pour s’éclairer et un puits pour s’abreuver. Et puis 1 ou 2 véhicules seulement venaient du Fouta. Aujourd’hui, ses dimensions et le luxe des lieux sont insoupçonnées pour ceux qui ne fréquentent pas encore ces lieux.
Convaincu et émerveillé par le Daaka et ses mystères, le gouverneur de Kolda a demandé au khalife de formuer des prières pour un Sénégal de paix et un Sénégal prospère. Surtout, a-t-il noté, pour que le Sénégal sorte indemne des joutes électorales de 2017 (Législatives) et de 2019 (présidentielle).
Le jeune frère du khalife, Thierno Ibn Omar Bâ, en réponse, a exprimé sa conviction que rien de mal n’arrivera au Sénégal, du fait de la multitude des manifestations religieuses et de la promptitude de l‘Etat à apporter son soutien.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here