PARTAGER

Les logements des athlètes des 8e Jeux de la francophonie (du 21 au 31 juillet) ont été réceptionnés mercredi dernier à Abidjan. Le village Akwaba, sis à l’Institut de la jeunesse et des sports (Injs) de Marcory (Abidjan), a donc été livré avant l’ouverture ce jour et jusqu’au 30 juillet prochain des Jeux de la francophonie où sont attendus près de 4 000 jeunes talents sportifs et artistes issus des 84 Etats et gouvernements de la Francophonie. La cérémonie de réception des clefs s’est tenue en présence du vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan. Ces jeux, a-t-il rappelé, «combineront compétitions sportives et concours culturels». Parmi les réalisations du gouvernement pour réussir cette «compétition fédératrice», M. Daniel Kablan Duncan a cité les quatre nouvelles lignes de transport fluvial. Dans son discours, il a notamment exhorté les jeunes à aller vers l’essentiel dans leur vie. «A travers ces jeux, les jeunes doivent sortir le trésor humain qui dort en eux, mais l’enjeu ne doit pas tuer le jeu», a-t-il dit, avant de saluer leur implication, surtout les volontaires dans la construction du village Akwaba.
Sans cette infrastructure, apprend-on, «on allait loger les participants à ces 8e Jeux de la francophonie à l’Université de Cocody». Mais «avec la volonté du chef de l’Etat, nous avons pris la décision de construire ce beau village. Ce n‘était pas facile du tout», a témoigné Daniel Kablan Duncan qui rappelle par ailleurs que 190 Pme étaient impliquées dans la construction des 32 bâtiments R+2, le restaurant, les salles polyvalentes et les salles de répétition. «Ces jeux ont permis de réfectionner le stade Félix Houphouët-Boigny, le Palais des sports, la Bibliothèque nationale et le Musée des civilisations», a-t-il également rappelé. Se prononçant par ailleurs sur le thème de ces 8e Jeux de la francophonie, «Solidarité, diversité excellence», le vice-président ivoirien a affirmé que ce sont des valeurs fortes qui peuvent favoriser l’émergence des jeunes. Il dit espérer que «ces jeux seront un facteur de cohésion sociale et de dynamisation de la jeunesse».

La participation sénégalaise
Cette cérémonie de réception du village Akwaba s’est déroulée en présence de nombreux ministres, des maires, mais aussi des chefs traditionnels et coutumiers de la Côte d’Ivoire. Adama Ouané, l’administrateur de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif), a dit toute sa satisfaction pour le travail abattu. «C’est une véritable proues­se», s’est-il réjoui. A Abidjan, la délégation culturelle venue représenter le Sénégal est, quant à elle, la première à fouler le sol ivoirien. Elle est conduite par Magaye Touré, directeur de la Francophonie, et son équipe. Interpellés, les jeunes créateurs sénégalais n’ont pas manqué de saluer l’effort fourni par le gouvernement pour leur permettre de bien préparer ces 8e Jeux de la francophonie. Boubacar Diallo, plus connu sous le surnom de Mbaye Art, et Aminata Sarr de la compagnie de danse Pastef n’ont pas manqué de faire allusion à l’audience que leur a accordée le ministre de la Culture et de la communication, Mbagnick Ndiaye, mais aussi aux bonnes conditions de préparation telles que la mise à disposition des salles de répétition et des encadreurs, afin de leur permettre de mettre toutes les chances de réussite de leurs côtés. A quelques heures du coup d’envoi, ces jeunes affichent un réel optimisme. Ils disent être prêts à relever le défi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here