PARTAGER

Le Général Niang assure que le rapport final de la Commission cellulaire du dialogue politique parviendra au président de la République, comme le réclame le pôle de l’opposition. Mais pour Déthié Fall et Cie, il n’est pas question que ce rapport transite entre les mains du ministre de l’Intérieur.

Le destinataire du rapport final de la Commission cellulaire du dialogue politique reste encore le point d’achoppement. Mais il y a peut-être un début de solution puisque le Général Mamadou Niang a assuré hier qu’elle prendra «toutes les dispositions utiles» pour faire parvenir son rapport final au président de la République, Macky Sall. Pour le mandataire de l’opposition, cette formulation a agréé les responsables de tous les pôles sauf la majorité. «Nous pensons que ce rapport-là ne doit pas transiter entre les mains du ministre Aly Ngouille Ndiaye parce que nous considérons qu’il n’a rien à voir dans ce dialogue politique qui se passe entre acteurs politiques. Il y a une rupture de confiance fondamentale et assez profonde entre le pouvoir et l’opposition», a réitéré Déthié Fall. Pour sa part, Benoît Sambou, plénipotentiaire du pôle de la majorité, a appelé les uns et les autres à la «prudence». «Le dialogue politique est une entité du dialogue national. Il ne faut pas que ce que nous faisons impacte demain l’organisation globale du dialogue national», a-t-il dit. En revanche, le coordonnateur du pôle des non-alignés, lui, s’en tient à l’assurance du président de la Commission cellulaire. Déthié Faye estime que l’essentiel pour eux est que ce rapport-là parvienne au président de la République qui en est le destinataire. Toutefois, il pense qu’on doit «respecter les valeurs de la République mais prendre en compte aussi les préoccupations politiques des acteurs qui sont mandatés et qui doivent défendre des positions». Pour lui, d’ailleurs quel que soit le destinataire, sans accord, le travail n’aura servi à rien. Les acteurs se sont donné rendez-vous ce jeudi.

Déthie Faye, non aligné : «L’Ue nous donne raison sur
le parrainage»
Par ailleurs, M. Faye s’est félicité de la recommandation de la Commission d’observation électorale de l’Union européenne (Ue) relative à l’abandon du parrainage pour les Locales. Il estime que l’Ue leur a donné raison en venant conforter leur position. Il dit : «Le 26 décembre 2017, quand nous suspendions notre participation à la concertation sur le processus électoral, c’était parce que nous avions dit que le parrainage n’était pas applicable tel comme voulu par le gouvernement. Parce qu’on n’a pas les outils nécessaires pour procéder à la validation des signatures.» Mais Déthié Fall du parti Rewmi n’a pas voulu se prononcer sur la question.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here